Trump – Covid 19 : que se passerait-il si le président américain devenait trop malade ?

Trump – Covid 19 : que se passerait-il si le président américain devenait trop malade ?

À quelques semaines de l’élection présidentielle, Donald Trump a été testé positif au coronavirus.

Cela soulève une foule de questions sur ce qui pourrait se passer ensuite.

Quels sont les événements de campagne que le président va manquer ?

M. Trump doit s’isoler pendant 10 jours à partir du 1er octobre, date à laquelle il a reçu le résultat de son test Covid, afin qu’il puisse encore participer au prochain débat présidentiel, prévu le 15 octobre.

Un rassemblement qui devait avoir lieu en Floride vendredi a été annulé. De même qu’une vidéoconférence avec des personnes âgées vulnérables.

M. Trump a d’autres rassemblements prévus pendant cette période, qui devront maintenant être annulés ou reportés.

Dans quelles circonstances l’élection pourrait-elle être retardée ?

La période d’auto-isolement du président Trump a clairement un impact sur sa capacité à faire campagne.

La question a donc été soulevée de savoir si l’élection pourrait être retardée et comment cela pourrait se produire.

L’élection présidentielle américaine a lieu, selon la loi, le mardi suivant le premier lundi de novembre, tous les quatre ans – cette année, elle aura donc lieu le 3 novembre.

Il appartiendrait aux législateurs américains, et non au président, de modifier cette date.

Il faudrait une majorité des deux Chambres du Congrès pour voter en faveur d’un changement de date. C’est peu probable, étant donné qu’elle devrait passer par la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates.

Le président Trump a apporté un masque au premier débat mais n'a pas été vu le portant
Le président Trump a apporté un masque au premier débat mais n’a pas été vu le portant

Même si la date était modifiée, la constitution américaine stipule qu’une administration présidentielle ne dure que quatre ans. Ainsi, le mandat du président Trump expirera automatiquement à midi le 20 janvier 2021.

Le changement de cette date nécessiterait une modification de la constitution. Celle-ci devrait être approuvée par les deux tiers des législateurs américains ou des assemblées législatives au niveau des États, puis par les trois quart des États américains – ce qui est, là encore, peu probable.

Que se passerait-il si le président Trump devenait invalide ?

Si le président devenait trop malade pour exercer ses fonctions, voici ce que prévoit la constitution américaine :

Le 25e amendement permet à un président de céder le pouvoir au vice-président, ce qui signifie que Mike Pence deviendrait président par intérim. M. Trump, une fois remis en forme, pourrait reprendre son poste.

Le président Trump est monté dans le même hélicoptère que Hope Hicks mercredi. Hicks a ensuite été testée positive au coronavirus
Le président Trump est monté dans le même hélicoptère que Hope Hicks mercredi. Hicks a ensuite été testée positive au coronavirus

Si le président était trop malade au point de céder le pouvoir, le cabinet et le vice-président pourraient le déclarer incapable de continuer, et M. Pence assumerait le rôle.

Si M. Pence devenait lui aussi incapable, en vertu de la loi sur la succession présidentielle Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants – une démocrate – serait la prochaine sur la liste, bien que les experts constitutionnels affirment qu’un tel transfert de pouvoir déclencherait des batailles juridiques.

Si elle ne voulait pas ou ne pouvait pas assumer ce rôle, il serait confié à un sénateur républicain de haut rang, actuellement Charles E. Grassley, âgé de 87 ans. Ce dernier serait lui aussi presque certainement confronté à des contestations juridiques.

Un président a-t-il déjà été frappé d’incapacité ?

En 1985, lorsque le président Ronald Reagan s’est rendu à l’hôpital pour une opération du cancer, il s’est fait remplacé par son vice-président, George HW Bush.

En 2002 et 2007, le président George W Bush a fait de même avec son vice-président lorsqu’il a été mis sous sédatif lors de coloscopies de routine.

Si M. Trump ne pouvait se présenter aux élections, quel serait le nom qui figurerait sur le bulletin de vote ?

Si, pour une raison quelconque, une personne choisie par un parti comme candidat à la présidence n’est pas en mesure de remplir ce rôle, des procédures claires entrent en jeu.

Bien que le vice-président Mike Pence assume initialement les fonctions présidentielles, il ne deviendrait pas nécessairement le candidat du parti républicain à l’élection – car ils ont déjà officiellement désigné M. Trump.

Selon les règles du parti, les 168 membres du Comité national de la République (RNC) voteraient pour élire un nouveau candidat à la présidence, dont Mike Pence serait l’un des candidats probables.

Si M. Pence était choisi, un nouveau colistier devrait alors être sélectionné.

Le vice-président Pence prendrait en charge les fonctions présidentielles mais ne serait pas automatiquement le candidat républicain
Le vice-président Pence prendrait en charge les fonctions présidentielles mais ne serait pas automatiquement le candidat républicain

Ni les démocrates ni les républicains n’ont jamais remplacé leur candidat à la présidence après l’avoir officiellement désigné.

Qu’en est-il des votes anticipés ?

Cela créerait beaucoup d’incertitudes selon les experts, car des millions de votes par correspondance ont déjà été envoyés avec les noms des candidats désignés par leurs partis.

Le vote anticipé en personne a également commencé dans certains États.

Le vote se poursuivrait probablement avec le nom du candidat invalide encore sur les bulletins, écrit Rick Hasen, professeur de droit à l’université de Californie, Irvine.

Mais on peut se demander si les lois des États autorisent les personnes désignées pour voter au sein du collège électoral américain – appelé les électeurs présidentiels – à voter pour le candidat de remplacement.

Qu’en est-il du changement de nom du candidat, si celui-ci se retire ?

« Le président Trump restera presque certainement sur le bulletin de vote, quoi qu’il arrive », écrit Richard Pildes, un professeur de droit spécialisé dans les élections.

Il souligne qu’en théorie, le Parti républicain pourrait demander une ordonnance judiciaire pour changer le nom d’un candidat, mais qu’en pratique, il n’y aurait pas assez de temps.

Auteur : BBC

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE !