⚽️ Mondial: les Bleus visent déjà les huitièmes, Messi dos au mur

⚽️ Mondial: les Bleus visent déjà les huitièmes, Messi dos au mur

Les Bleus pour prolonger l’éclaircie, l’Albiceleste pour fuir l’orage: si la France espère une nouvelle victoire samedi (16h00 GMT) contre le Danemark, synonyme de qualification pour les huitièmes de finale, l’Argentine de Lionel Messi craint une incroyable élimination précoce au Mondial.

« Messi et l’Argentine, à la vie, à la mort », titre le quotidien sportif espagnol Marca pour résumer la situation périlleuse de l’Albiceleste et de sa superstar: une défaite contre le Mexique (19h00 GMT) briserait tous les rêves de la « Pulga », surprise en ouverture par l’Arabie saoudite (2-1) et qui, à 35 ans, pourrait alors dire adieu à la Coupe du monde.

Au cœur de ce Mondial riche en surprises outre l’Argentine, l’Allemagne a été battue par le Japon, l’Uruguay et la Croatie tenus en échec, les champions du monde français peuvent se féliciter d’avoir maîtrisé leur entrée mardi contre l’Australie (4-1).

Les Tricolores auront leur billet pour les huitièmes en cas de succès contre le Danemark. Une victoire combinée à un match nul de la Tunisie face à l’Australie (10h00 GMT) leur assurerait même la première place de leur groupe.

 Attention aux « accidents »

Mais l’escale au stade 974 de Doha, reconnaissable à ses conteneurs maritimes aux couleurs vives, promet d’être agitée. S’ils ne s’imposent pas, les Bleus devront en effet décrocher leur ticket contre la Tunisie mercredi, avec leur destin en main, certes, mais la peur au ventre.

« Si on commence à regarder trop loin dans la compétition, on risque de connaître des accidents », a prévenu le capitaine Hugo Lloris avant d’affronter son coéquipier en club Pierre-Emile Højbjerg et son ex-partenaire Christian Eriksen, désormais à Manchester United.

Le Danemark, privé de son important milieu Thomas Delaney, laisse de mauvais souvenirs aux Bleus de Kylian Mbappé.

En 2022, ces derniers se sont cassés les deux par deux fois sur le récent demi-finaliste du dernier Euro: 2-1 au Stade de France en juin avec un « onze » quasiment au complet, 2-0 au Parken de Copenhague en septembre avec une tonne de blessés.

Le Danemark, 10e nation mondiale au classement Fifa, est « sous-coté », a rappelé Deschamps vendredi. Il « nous a fait des misères, beaucoup de misères », a-t-il ajouté, avant d’exhorter les siens à « inverser la tendance, sans parler de revanche ».

Pour percer la muraille danoise et son gardien Kasper Schmeichel, « DD » peut compter sur un Mbappé au sommet de son art, un Antoine Griezmann toujours plus précieux dans l’équilibre défensif et un Olivier Giroud animé par la quête du record de buts en équipe de France, encore partagé avec Thierry Henry après son doublé contre l’Australie (51 buts).

« +Titi+, attention j’arrive! » a lancé l’avant-centre après l’entrée en lice des Bleus.

 L’Arabie saoudite, première qualifiée?

Tactiquement, les Français peuvent envisager plusieurs ajustements. Leur vice-capitaine Raphaël Varane est candidat à un retour dans le « onze », une première depuis sa blessure à la cuisse droite du 22 octobre.

Ousmane Dembélé espère enchaîner une deuxième titularisation sur l’aile droite, tandis que Benjamin Pavard est mis en balance avec Jules Koundé au poste de latéral droit.

S’ils l’emportent, les Bleus pourront alors regarder en toute décontraction le match des Argentins au stade Lusail quelques minutes après leur rencontre. Et sortir leurs calculettes, car une première place des Bleus combinée à une deuxième place de l’Albiceleste réserverait un choc France-Argentine en huitièmes… comme en 2018.

Les supporters de Messi, de leur côté, signeraient des deux mains pour un tel scénario, tant ils craignent l’élimination de leur idole dès la phase de groupes, une catastrophe nationale pour ce qui doit être la dernière Coupe du monde du septuple Ballon d’Or.

Contre toute attente et après les relatifs faux-pas des Pays-Bas et de l’Angleterre, l’Arabie saoudite pourrait devenir la première nation qualifiée pour les huitièmes, sans doute aussi l’une des plus improbables. Les joueurs de Hervé Renard ont besoin d’une victoire contre la Pologne de Robert Lewandowski (13h00 GMT).

Pressafrik

error: Oups... contenu protégé ;)