Zoom a dû négocier avec Apple pour un accès spécial à la caméra

Zoom a dû négocier avec Apple pour un accès spécial à la caméra

Aujourd’hui, Zoom fait partie des services préférés des internautes pour les visioconférences. Et si vous possédez un iPad, vous avez une autre bonne raison d’utiliser ce service (plutôt que ses concurrents). En effet, Zoom vous permet de faire des visioconférences alors que l’app est en mode Split View. Ainsi, vous avez la possibilité de discuter avec vos collaborateurs, tout en ouvrant une autre application.

Cela peut vous sembler basique, pourtant, d’après un billet de blog du développeur Jeremy Provost, qui est relayé par Engadget, ce ne serait possible que sur Zoom. Celui-ci explique que lorsqu’il a découvert cette fonctionnalité de Zoom, il a voulu proposer la même chose sur son app.

Un traitement spécial pour Zoom ?

Néanmoins, aucune documentation n’est disponible, puisque Zoom a bénéficié d’un traitement spécial de la part d’Apple. « J’ai parcouru le Web et je n’ai trouvé aucune référence sur la façon d’activer cette fonctionnalité pour notre propre client iOS Zoom, Participant for Zoom. Nous avons demandé à Zoom et à notre grande surprise, ils nous ont donné la réponse, et dans le processus a révélé un processus apparemment privé, disponible uniquement pour ceux jugés dignes par Apple », écrit le développeur.

Ces traitements spéciaux n’ont rien de nouveau. Certaines fonctionnalités d’iOS, comme l’accès à iCloud ou l’intégration avec CarPlay, ne sont accessibles qu’à une poignée de développeurs sélectionnés par Apple.

Néanmoins, généralement ces accès sont documentés publiquement par la firme de Cupertino, et il existe un processus accessible à tous les développeurs pour demander ceux-ci. En revanche, en ce qui concerne l’accès spécial à la caméra dont Zoom peut profiter, Apple n’a publié aucune documentation.

Un accès encore plus restreint que d’habitude ?

« Il est compréhensible que ce droit ne soit pas approprié pour toutes les applications, ou qu’il existe peut-être des moyens d’en abuser. Il est peut-être logique qu’il y ait un processus d’approbation, comme avec CarPlay. Mais cela n’a pas de sens que cela soit privé, sans papiers et uniquement accessible aux partenaires préférés d’Apple », regrette Jeremy Provost. Pour lui, Apple ne devrait pas dire qu’il traite tous les développeurs de la même manière, alors qu’il donne en privé des accès spéciaux à certains développeurs.

Ce billet est publié à un moment où Apple est de plus en plus critiqué à cause de la façon dont il gère l’App Store, et à un moment où il est parfois accusé d’utiliser le règlement de sa plateforme pour avantager ses services au détriment de ceux de développeurs tiers.

D’ailleurs, actuellement, le procès entre Apple et Epic, le développeur du jeu vidéo Fortnite, est en cours aux États-Unis. Ce procès rend publics des documents qui permettent aux médias de sortir des révélations. Par exemple, récemment, nous avons appris qu’Apple aurait voulu proposer des avantages spéciaux à Netflix afin de convaincre le SVOD de continuer à utiliser le système de paiement in-app de l’App Store. Dès 2011, Apple aurait également discuté en interne d’une réduction de la commission de 30 % qui est prélevée par l’App Store sur les transactions entre les utilisateurs et les développeurs d’apps tierces.

Source : presse-citron.net

Commenter

Voulez-vous rester informé(e) en activant les notifications ?    Oui Non merci