đŸȘ Des mystĂ©rieuses ondes venues de la Voie lactĂ©e intriguent les scientifiques

đŸȘ Des mystĂ©rieuses ondes venues de la Voie lactĂ©e intriguent les scientifiques

Un Ă©trange signal radio, qui Ă©mane du centre de la Voie lactĂ©e, a Ă©tĂ© repĂ©rĂ© par un tĂ©lescope super-puissant en Australie. De telles ondes n’avaient jamais Ă©tĂ© observĂ©es auparavant. Le phĂ©nomĂšne intrigue les scientifiques, qui n’ont pas rĂ©ussi Ă  en dĂ©terminer la nature.

Des mystĂ©rieuses ondes radio ont Ă©tĂ© enregistrĂ©es au centre de la Voie lactĂ©e par Ziteng Wang, un Ă©tudiant en doctorat Ă  l’école de physique de l’universitĂ© de Sydney (Australie), rapporte Le Huffington Post. Ce signal radio, captĂ© grĂące Ă  l’ASKAP, l’un des radiotĂ©lescopes les plus sensibles au monde, n’avait jamais Ă©tĂ© observĂ© auparavant. Dans The Astrophysical Journal, mardi 12 octobre, des astronomes ont exprimĂ© leurs nombreuses interrogations face Ă  cette dĂ©couverte.

En effet, le signal est trĂšs variable et la lumiĂšre qu’il Ă©met apparaĂźt et disparaĂźt de maniĂšre alĂ©atoire. Il existe des objets cĂ©lestes caractĂ©risĂ©s par une luminositĂ© alĂ©atoire. C’est le cas des supernovae, des Ă©toiles filantes ou encore des pulsars. Ainsi, les scientifiques ont d’abord imaginĂ© qu’il s’agissait d’un de ces objets cĂ©lestes, mais le problĂšme est que Â«â€‰les signaux de cette nouvelle source ne correspondent pas », explique Ziteng Wang.

La source a disparu puis réapparu

Le signal a ensuite Ă©tĂ© observĂ© plus longuement Ă  partir de radiotĂ©lescopes basĂ©s en Australie et en Afrique du Sud. Mais il a soudainement disparu avant de rĂ©apparaĂźtre, en adoptant un autre comportement. Â«â€‰La source a disparu en un seul jour, alors qu’elle avait durĂ© des semaines lors de nos prĂ©cĂ©dentes observations », explique l’un des observateurs. Certains d’entre eux pensent que ce signal peut ĂȘtre classĂ© parmi les Galactic center radio transients (GCRT), des signaux au caractĂšre Ă©phĂ©mĂšre, qui sont dirigĂ©s au cƓur de la galaxie.

Selon le professeur David Kaplan de l’universitĂ© du Wisconsin-Milwaukee, il existerait en effet Â«â€‰certains parallĂšles » avec Â«â€‰ces objets mystĂ©rieux ». Si les scientifiques vont passer les annĂ©es Ă  venir Ă  tenter de dĂ©terminer l’origine de ces signaux, leur mission pourrait ĂȘtre simplifiĂ©e grĂące au SKA, un nouveau radiotĂ©lescope plus puissant. L’appareil pourrait permettre de Â«â€‰rĂ©soudre des mystĂšres comme cette derniĂšre dĂ©couverte, et ouvrira Ă©galement de nouvelles zones du cosmos », espĂšre l’un des auteurs de l’étude.

Ouest-France