États-Unis: après le piratage de Colonial Pipeline, des stations-services à court de carburant

États-Unis: après le piratage de Colonial Pipeline, des stations-services à court de carburant

C’est une conséquence de l’attaque informatique contre l’oléoduc Colonial Pipeline, qui transporte près de 45% des carburants sur la côte Est des États-Unis : les stations-services y sont à court d’essence. Alors que les Américains se sont rués à la pompe pour faire des réserves, les autorités ont pris des mesures d’urgence pour faciliter l’approvisionnement et éviter la panique.

Dans l’État de Caroline du Nord, plus de 10% des stations sont à court d’essence. La situation est également tendue dans les États de Virginie, de Géorgie et de Caroline du Sud. La ministre américaine de l’Énergie, Jennifer Granholm, a rappelé qu’il n’y avait pas de raisons de faire des réserves, car il s’agit d’un problème d’approvisionnement et non pas d’une pénurie d’essence.

Ruée

Mais rien n’y fait : les Américains se ruent sur les stations-services.

Pour éviter la pénurie et une flambée des prix à la pompe, plusieurs gouverneurs de la côte Est ont déclaré l’état d’urgence afin de faciliter l’approvisionnement.

Les restrictions sur le transport routier des carburants ont ainsi été levées. Il n’y a désormais plus de limite de poids pour les camions citernes et les chauffeurs routiers peuvent également travailler plus longtemps.

Colonial Pipeline s’active

L’entreprise Colonial Pipeline, responsable du transport de plus de 380 millions de litres de fioul par jour vers la côte est des États-Unis, s’active à rétablir l’essentiel de ses activités. Cela pour que tout soit opérationnel d’ici la fin de la semaine.

RFI

Commenter

Voulez-vous rester informé(e) en activant les notifications ?    Oui Non merci