Au Mexique, 3e pays le plus durement frappé par l’épidémie, la fête continue: “Ce coronavirus, c’est une broutille”

Au Mexique, 3e pays le plus durement frappé par l’épidémie, la fête continue: “Ce coronavirus, c’est une broutille”

Avec ses festivals de musique électronique, ses fêtes clandestines et ses discothèques, Tulum, station balnéaire “hippie” sur les rivages mexicains de la mer des Caraïbes, est le point de chute incontournable des fêtards qui se rient de la pandémie.

Connue autant pour ses eaux turquoise et ses “babas cool” aux regards et à la diction parfois floues, la petite ville n’a rien perdue de ses charmes au plus fort de l’épidémie de coronavirus. On y recherche toujours autant la détente, la fête et la communion avec la nature, à la plage ou en forêt tropicale.

Mais son ambition est désormais de profiter de cette période pour devenir aussi le théâtre des plus grands festivals de musique électronique au Mexique, pourtant troisième pays le plus durement frappé par l’épidémie en chiffres absolus, avec près de 200.000 morts.

“Ce coronavirus, c’est une broutille. La vie doit continuer. Rien de grave ne se passe”, assure Greta, une touriste espagnole toute réjouie d’avoir participé, sans masque ni distanciation sociale, à une “rave” en décembre.

“Faire la fête à Tulum, c’est magique, avec la jungle comme décor et le vent qui souffle sur la plage. C’était fantastique”, se souvient-elle, les yeux brillants de l’envie d’y retourner.

Ce qui pour Greta s’apparente à un rêve tout éveillé, est pour d’autres une source de malaise. La ville de 46.000 habitants est en effet la cible de critiques virulentes pour son laxisme sanitaire.

Elles se sont multipliées depuis la fin de l’année 2020, lorsque des rassemblements musicaux et artistiques y ont été organisés, avec parfois plus de 1.000 personnes présentes au mépris de toutes les règles sanitaires du moment.

Il n’empêche. Au cours des deux dernières semaines, 21 fêtes privées ont été organisées, selon un comptage de l’AFP réalisés à partir des comptes de groupes WhatsApp qui font la promotion de ces rassemblements.

Contrairement à d’autres pays, le Mexique n’a pas imposé de limitation au tourisme et a été le troisième pays au monde le plus visité en 2020.

Dans des destinations comme Cancun, voisine de Tulum, les hôtels offrent même des rabais pour séjour en quarantaine au cas où des clients seraient contaminés.

Que la fête continue

Lors du festival Art With Me en novembre, auquel participaient même des membres des autorités locales, une cinquantaine de personnes avaient été contaminées au Covid-19.

Quelques semaines après, fin décembre, le Zamna Festival, un rassemblement de musique électronique de 16 jours, avait été annulé pour être reporté à avril, avec une affiche proposant des DJ’s réputés comme les Allemands Boris Brejcha et Claptone et les Anglais Nick Warren et Damian Lazarus.

Quintana Roo, l’État où se trouvent Tulum, Cancun et la Riviera Maya, est au niveau d’alerte “jaune”, le troisième sur l’échelle officielle, après une baisse du nombre des contaminations qui avaient culminé en janvier.

Dans cette zone, où des centaines de milliers de visiteurs sont attendus pendant les vacances de Pâques, l’exploitation de bars et de boîtes de nuit reste officiellement interdite.

Cependant, des fêtes importantes continuent d’être organisées clandestinement, selon des responsables du secteur hôtelier, qui voient d’un mauvais oeil ces rassemblements. L’un d’eux, David Ortiz, président de l’association hôtelière de Tulum, estime ainsi qu’ils “ternissent” l’image du lieu.

Bataille perdue

Ce qui ne semble pas déranger les membres du groupe WhatsApp Eddy’s Tulum Party Squad, dont l’organisateur met le calendrier des événements programmés.

Sur Instagram, des dizaines d’utilisateurs partagent des vidéos et des photos de ces fêtes, où la discrétion est aussi peu de mise que les masques chirurgicaux.

À Cancun, au kilomètre 9 de la longue zone des hôtels, épicentre de la vie nocturne, la musique qui retentit des boîtes de nuit est assourdissante bien que le flux de clients soit moins dense que les années précédentes.

Là, bars et discothèques ont trouvé le moyen d’ouvrir en proposant un concept de “restaurant-bar”.

Dans l’un d’eux, la touriste équatorienne Alexandra Freire est encore toute surprise de la scène à laquelle elle a assisté alors qu’elle dinait: le volume de la musique d’ambiance du restaurant a soudain été augmenté pour la plus grande joie des clients qui se sont mis à se trémousser sans leurs masques.

“C’est ce qui m’a le plus marqué pendant la pandémie. C’est comme si la Covid ne s’était jamais arrêtée à Cancun”, confie Alexandra, 35 ans.

Pour Dario Flota, représentant du Conseil de promotion du tourisme de Quintana Roo, mettre fin à ces grandes fêtes est “une véritable bataille”, parfois perdue en raison du grand nombre de contaminations qu’elles engendrent.

7sur7

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE !