🇺🇸 “Il suffirait d’un milliardaire pour mettre un terme à la guerre”, affirme Sean Penn

🇺🇸 “Il suffirait d’un milliardaire pour mettre un terme à la guerre”, affirme Sean Penn

Alors que la guerre fait rage depuis près d’un mois et demi en Ukraine, Sean Penn, acteur engagé, continue de se mobiliser pour tenter d’aider à mettre fin au conflit. Sur ses réseaux sociaux, l’homme a d’ailleurs affirmé qu’il “suffirait d’un milliardaire pour mettre un terme à la guerre”. 

Selon Sean Penn, un seul milliardaire pourrait mettre fin à la guerre en Ukraine. Sur Twitter, il a donc demandé à une personne riche d’au moins un milliard de se manifester. L’idée? Que cette personne achète deux escadrons d’avions F-15 ou F-16 pour que l’Ukraine puisse enfin définitivement renverser la Russie. 

(la suite ci-dessous)

Il y a quelques jours, l’armée de l’air ukrainienne écrivait sur Twitter: “Nous ne recevons pas les outils dont nous avons besoin pour défendre notre ciel et remporter la victoire.” Ces “12 avions dotés d’une meilleure technologie” que Sean Penn veut envoyer à l’Ukraine pourraient donc constituer une solution, selon lui. 

Les pilotes ukrainiens n’ont pas l’habitude de piloter de tels avions, mais ils assurent qu’ils pourraient apprendre en “deux à trois semaines”. Mais selon les experts, il leur faudrait jusqu’à quatre mois, peut-on lire dans les colonnes du Guardian. Andy Netherwood, ancien pilote de la Royal Air Force, a déclaré au journal britannique: “Si vous m’aviez posé la question au début de la guerre, j’aurais dit qu’il était impossible pour les pilotes ukrainiens d’apprendre à maîtriser un nouveau chasseur en deux ou trois semaines. Mais aujourd’hui, je suis réticent à utiliser le mot impossible lorsqu’il s’agit de l’armée de l’air ukrainienne. » 

(la suite ci-dessous)

Rejoindre la Pologne à pied

Sean Penn était en Ukraine au moment où la guerre a éclaté. L’acteur tournait un documentaire sur le conflit avec la Russie. Après le début de l’invasion russe dans le pays, il s’est rendu à pied à la frontière polonaise. “J’ai marché avec deux collègues pendant des kilomètres jusqu’à la frontière polonaise après avoir laissé notre voiture sur le bord de la route. Presque toutes les voitures que l’on voit sur cette photo étaient occupées par des femmes et des enfants, pour la plupart sans bagages et avec leur voiture comme seul bien”, avait-il expliqué sur son compte Twitter. 

7sur7