đŸ‡șđŸ‡Č Elon Musk renonce Ă  rejoindre le conseil d’administration de Twitter

đŸ‡șđŸ‡Č Elon Musk renonce Ă  rejoindre le conseil d’administration de Twitter

Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, a renoncĂ© Ă  siĂ©ger au conseil d’administration de Twitter, a annoncĂ© lundi Parag Agrawal, le directeur gĂ©nĂ©ral du rĂ©seau social, aprĂšs une semaine de pĂ©ripĂ©ties entre le fantasque milliardaire et la plateforme.

« Elon Musk a dĂ©cidĂ© de ne pas rejoindre notre conseil d’administration », a tweetĂ© M. Agrawal.

« L’arrivĂ©e d’Elon au conseil d’administration devait devenir officiellement effective le 9 avril, mais Elon a fait savoir ce mĂȘme matin qu’il ne rejoignait plus le conseil », a-t-il expliquĂ© dans un message adressĂ© au personnel de Twitter, qu’il a partagĂ© sur la plateforme.

« Je crois que c’est pour le mieux », a-t-il ajoutĂ©.

« Nous avons apprĂ©ciĂ© et apprĂ©cierons toujours la participation de nos actionnaires, qu’ils siĂšgent Ă  notre conseil ou non. Elon est notre plus gros actionnaire et nous resterons ouverts Ă  sa participation », a poursuivi M. Agrawal.

Juste aprĂšs cette annonce, Elon Musk a tweetĂ© un emoji qui pouffe de rire, sans aucun texte d’accompagnement.

L’homme le plus riche du monde, avait annoncĂ© dĂ©but avril qu’il avait pris une participation de 9,2% dans le capital de Twitter, faisant de lui le premier actionnaire.

– Participation passive –

Il avait d’abord prĂ©cisĂ© dans le document transmis au rĂ©gulateur boursier que cette participation Ă©tait « passive », c’est-Ă -dire qu’il ne comptait pas influer sur les grandes dĂ©cisions stratĂ©giques. Il s’Ă©tait Ă©galement engagĂ© Ă  ne pas faire monter sa participation au-delĂ  de 14,9%.

Mais l’annonce, par la suite, de son entrĂ©e au conseil d’administration de Twitter avait Ă©tĂ© applaudie par les marchĂ©s. Les investisseurs y avaient vu le signe que le milliardaire comptait finalement s’impliquer dans la stratĂ©gie du groupe.

Elon Musk est un utilisateur trĂšs actif du rĂ©seau social, sur lequel il compte 80,5 millions d’abonnĂ©s.

Il s’y exprime quasiment tous les jours sur ses entreprises, de Tesla (voitures Ă©lectriques) Ă  SpaceX (vols spatiaux), en passant par Neuralink (implants cĂ©rĂ©braux), et n’hĂ©site pas Ă  faire des blagues ou Ă  provoquer des polĂ©miques.

Il se sert aussi beaucoup de son compte pour sonder les internautes, au sujet de ses ventes d’actions Tesla ou, plus rĂ©cemment, pour savoir s’ils estimaient que Twitter respectait la libertĂ© d’expression, question Ă  laquelle une majoritĂ© avait rĂ©pondu « non ».

L’entrepreneur a plusieurs fois critiquĂ© la plateforme sur ce sujet, estimant qu’elle allait trop loin dans la modĂ©ration des contenus.

– « Distractions » –

Depuis l’annonce de son entrĂ©e au capital, Elon Musk a multipliĂ© les provocations.

Il a notamment réalisé un sondage pour demander si les utilisateurs de Twitter voulaient un bouton « modifier », pour corriger un tweet aprÚs publication. PrÚs de 4,4 millions de personnes avaient voté, et environ 73% avaient répondu « oui ».

La plateforme avait ensuite annoncé tester cette fonctionnalité, réclamée depuis des années par de nombreux usagers.

Samedi, Elon Musk s’est demandĂ© si le rĂ©seau social Ă©tait « en train de mourir », en mentionnant des comptes trĂšs suivis mais peu actifs.

« La plupart de ces ‘super’ comptes tweetent rarement et publient peu de contenu. Est-ce que Twitter est en train de mourir? » avait-il Ă©crit, en lĂ©gende d’une liste des 10 profils comptant le plus d’abonnĂ©s. Il avait notamment relevĂ© que le chanteur Justin Bieber, en deuxiĂšme position, n’avait tweetĂ© qu’une seule fois cette annĂ©e.

Dimanche, il a fait deux autres suggestions : « Supprimer le w dans twitter? » (avec, comme choix de rĂ©ponses, « oui » ou « bien sĂ»r ») et « Convertir le siĂšge de Twitter Ă  San Francisco en abri pour les SDF puisque personne n’y va de toute façon ». Plus de 90% du 1,9 million de votants ont dit « oui ».

Il a ensuite proposĂ© des modifications Ă  la formule d’abonnement payante au rĂ©seau social, Twitter Blue.

« Il y aura des distractions Ă  l’avenir, mais nos buts et nos prioritĂ©s restent inchangĂ©s. Les dĂ©cisions que nous prenons et comment nous les exĂ©cutons sont entre nos mains, et celles de personne d’autre », a dĂ©clarĂ© Parag Agrawal dans son message aux employĂ©s.

Selon le Washington Post, plusieurs salariĂ©s de Twitter avaient fait part de leur inquiĂ©tude, estimant notamment que les valeurs de l’homme le plus riche au monde n’Ă©taient pas alignĂ©es avec la culture d’entreprise du rĂ©seau social.

TV5MONDE