đŸ‡·đŸ‡ș VidĂ©o de l’explosion sur le pont reliant la CrimĂ©e Ă  la Russie…

đŸ‡·đŸ‡ș VidĂ©o de l’explosion sur le pont reliant la CrimĂ©e Ă  la Russie…

Au moins trois personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es dans l’explosion qui a endommagĂ© le pont de CrimĂ©e reliant la Russie Ă  cette pĂ©ninsule ukrainienne annexĂ©e, ont annoncĂ© les enquĂȘteurs russes, qui affirment avoir identifiĂ© le propriĂ©taire du camion piĂ©gĂ©.

“Selon les donnĂ©es prĂ©liminaires, trois personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es Ă  la suite de l’accident. Il s’agit probablement des passagers d’une voiture qui se trouvait prĂšs du camion quand il a explosĂ©â€, a indiquĂ© le ComitĂ© d’enquĂȘte russe dans un communiquĂ©. Selon cette source, “les corps de deux victimes – un homme et une femme – ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© sortis de l’eau”.

Le ComitĂ© d’enquĂȘte, organe en charge des principales investigations criminelles en Russie, a Ă©galement affirmĂ© avoir â€œĂ©tabli l’identitĂ© du camion et de son propriĂ©taire” soupçonnĂ©s d’ĂȘtre Ă  l’origine de l’explosion. Il s’agirait d’un habitant de la rĂ©gion de Krasnodar, dans le sud de la Russie. “Une enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte sur son lieu de rĂ©sidence. L’itinĂ©raire du camion et les documents pertinents sont en cours d’étude”, ont ajoutĂ© les enquĂȘteurs.

Ce pont, construit Ă  grand frais sur ordre de Vladimir Poutine, sert notamment au transport d’équipements militaires de l’armĂ©e russe combattant en Ukraine. “Aujourd’hui Ă  06H07 (03H07 GMT) sur la partie routiĂšre du pont de CrimĂ©e (…) a eu lieu l’explosion d’une voiture piĂ©gĂ©e, qui a entraĂźnĂ© l’incendie de sept citernes ferroviaire qui allait vers la CrimĂ©e”, a indiquĂ© le comitĂ©, citĂ© par les agences russes.

Un responsable de l’occupation russe dans la rĂ©gion ukrainienne de Kherson, voisine de la CrimĂ©e, Kirill Stremooussov a publiĂ© sur son compte Telegram une vidĂ©osurveillance du pont montrant une violente explosion.

(la suite ci-dessous)

Selon le ComitĂ© antiterroriste, deux voies routiĂšres sont endommagĂ©es, mais l’arche du pont n’est pas touchĂ©e. Le chef de l’assemblĂ©e de CrimĂ©e, le parlement rĂ©gional installĂ© par la Russie, Vladimir Konstantinov a dĂ©noncĂ© un coup “des vandales ukrainiens”.

(la suite ci-dessous)

© REUTERS

“Vandales ukrainiens”

Le ComitĂ© d’enquĂȘte de Russie, principal organe d’investigation du pays, a promis d’identifier “toutes les personnes liĂ©es Ă  ce crime” et ouvert une enquĂȘte criminelle. Le chef de l’assemblĂ©e de CrimĂ©e, le parlement rĂ©gional installĂ© par la Russie, Vladimir Konstantinov a dĂ©noncĂ© un coup “des vandales ukrainiens”.

L’Ukraine a ironisĂ© et multipliĂ© les blagues samedi aprĂšs l’explosion, sans pour autant aller jusqu’à revendiquer une responsabilitĂ©. Le ministĂšre ukrainien de la DĂ©fense a comparĂ© cette attaque Ă  celle qui a coulĂ© du croiseur Moskva en mer Noire en avril, autre “symbole du pouvoir russe en CrimĂ©e ukrainienne”. “Qu’est-ce qui vous attend encore, les russkofs?”, a-t-il Ă©crit de maniĂšre injurieuse sur Twitter.

(la suite ci-dessous)

Les services de sĂ©curitĂ© de Kiev (SBU) ont de leur cĂŽtĂ© publiĂ© sur Telegram des vers dĂ©tournĂ©s du poĂšte ukrainien Taras Chevtchenko sur “le Soleil qui se lĂšve sur le pont en feu”. “Aujourd’hui est une parfaite occasion pour rĂ©viser quelques poĂšmes de Taras Chevtchenko”, a ironisĂ© le SBU.

La poste ukrainienne a, elle, annoncĂ© se prĂ©parer Ă  imprimer des timbres Ă  l’effigie du “pont de CrimĂ©e, ou, plus exactement, de ce qu’il en reste”. Son patron Igor Smelyansky a publiĂ© sur Facebook le dessin de ces nouveaux timbres, montrant une explosion sur le pont de CrimĂ©e et un autre reprenant ironiquement une scĂšne iconique du film Titanic. La poste ukrainienne avait dĂ©jĂ  imprimĂ© des timbres pour cĂ©lĂ©brer la destruction du croiseur Moskva et d’autres montrant un tank russe se faisant remorquer par un tracteur ukrainien.

Aucun responsable ukrainien n’a toutefois revendiquĂ© de responsabilitĂ© directement dans l’attaque du pont, qui intervient alors que le prĂ©sident russe Vladimir Poutine, Ă  qui le projet tenait Ă  cƓur, a fĂȘtĂ© vendredi son 70e anniversaire.

L’Ukraine avait dĂ©jĂ  multipliĂ© les blagues et commentaires ironiques lors d’explosions ayant endommagĂ© des bases russes en CrimĂ©e l’étĂ© dernier. Elle n’avait reconnu ĂȘtre Ă  l’origine de ces explosions que plusieurs mois plus tard.

(la suite ci-dessous)

Pont stratégique

Ce pont sert essentiel au transport des personnes et des marchandises vers la pĂ©ninsule, mais aussi aux troupes dĂ©ployĂ©es en Ukraine. InaugurĂ© en 2018, le pont enjambe le dĂ©troit de Kertch, devenant le symbole de l’annexion de 2014.

La Russie a toujours affirmĂ© que le pont ne risquait rien en dĂ©pit des combats en Ukraine, mais elle a menacĂ© par le passĂ© Kiev de reprĂ©sailles si les forces ukrainiennes devaient attaquer cette infrastructure ou d’autres en CrimĂ©e. Le dĂ©putĂ© russe Oleg Morozov, citĂ© par l’agence Ria Novosti, a rĂ©clamĂ© samedi une rĂ©plique “adĂ©quate”. “Sinon, ce type d’attentats terroristes va se multiplier”, a-t-il dit.

Plusieurs explosions ont eu lieu ces derniers mois sur des installations militaires russes dans la pĂ©ninsule, rĂ©sultat probablement d’opĂ©rations ukrainiennes, comme lorsque la base militaire de DjankoĂŻ a Ă©tĂ© ravagĂ©e en aoĂ»t par la dĂ©flagration d’un dĂ©pĂŽt de munitions, provoquant un exode de touristes de la rĂ©gion.

Échecs en sĂ©rie

Les autoritĂ©s russes ont Ă©tĂ© toujours avares en explications concernant DjankoĂŻ et d’autres incidents similaires sur des dĂ©pĂŽts d’armements ailleurs en Russie mais proches de la frontiĂšre ukrainienne. À DjankoĂŻ, Moscou avait admis finalement un “sabotage”, et l’armĂ©e ukrainienne reconnu des semaines plus tard sa responsabilitĂ©.

Depuis dĂ©but septembre, les forces russes ont Ă©tĂ© obligĂ©es de reculer sur de nombreux points du front. Elles ont notamment Ă©tĂ© obligĂ©es de fuir la rĂ©gion de Kharkiv (nord-est) et de reculer dans celle de Kherson. ConfrontĂ© Ă  ces revers face Ă  une armĂ©e ukrainienne galvanisĂ©e et forte des approvisionnements en armes occidentales, le prĂ©sident Poutine a dĂ©crĂ©tĂ© fin septembre la mobilisation de centaines de milliers de rĂ©servistes, des civils donc, pour inverser la tendance. Il a aussi dĂ©crĂ©tĂ© l’annexion de quatre rĂ©gions ukrainiennes bien que Moscou ne les contrĂŽle que partiellement.

L’Ukraine a elle revendiquĂ© la reprise de milliers de kmÂČ depuis dĂ©but septembre et le lancement de sa contre-offensive en plusieurs points du front. Le seul champ de bataille oĂč Moscou a actuellement l’avantage est aux abords de la ville de Bakhmout, dans la rĂ©gion de Donetsk (est), que les forces russes essayent de prendre depuis le mois d’aoĂ»t. Les Ă©checs des derniĂšres semaines sont tels que mĂȘme dans les mĂ©dias d’Etat l’armĂ©e et de son commandement sont la cible des critiques de personnalitĂ©s en vue.

7sur7