🇷🇺 Un sondage secret du Kremlin révèle la lassitude des Russes face à la guerre

🇷🇺 Un sondage secret du Kremlin révèle la lassitude des Russes face à la guerre

À peine un quart des Russes souhaite que la guerre en Ukraine se poursuive. C’est ce qui ressort d’un sondage secret commandé par le Kremlin et obtenu par le site d’information russe indépendant Meduza. L’été dernier, plus de la moitié (57 %) des Russes y était encore favorable. Le vent a tourné après la mobilisation partielle de septembre.

L’enquête, censée rester secrète, a été commandé par le Kremlin et était destinée à un usage interne uniquement. Elle a été menée par le FSO, un service de sécurité russe. 25 % des Russes interrogés ont déclaré vouloir poursuivre la guerre, tandis que 55 % préfèrent des négociations de paix.

Un sondage réalisé en octobre par l’institut de sondage indépendant russe Levada Center a montré une tendance similaire. Là, un peu plus d’un quart (27 %) des Russes se sont prononcés en faveur de la poursuite de la guerre et 57 % en faveur des négociations de paix.

Sondage interne

En juillet, les chiffres étaient complètement différents. Un sondage interne du Kremlin avait montré qu’une majorité de la population interrogée (57 %) souhaitait que la guerre en Ukraine se poursuive. À peine un tiers (32 %) s’était prononcé en faveur des négociations.

Le directeur du Centre Levada, Denis Volkov, a déclaré à Meduza que le soutien aux négociations de paix a commencé à augmenter rapidement après que le président Vladimir Poutine a déclaré une mobilisation partielle de la population, le 21 septembre dernier. Selon le ministère russe de la Défense, 318.000 citoyens ont été appelés à combattre sur la ligne de front en Ukraine.

La mobilisation partielle a soudainement rendu la guerre bien plus réelle aux yeux des Russes. Beaucoup soutiendraient le combat en soi, a déclaré M. Volkov, mais ils ne veulent pas y prendre part personnellement. Les mauvais résultats de l’armée russe sur le champ de bataille ont également contribué à la fatigue de la guerre.

Il est intéressant de noter que la majorité laisse encore la décision à la merci du gouvernement. Ils indiquent qu’ils préfèrent des négociations de paix, mais se résignent à ce que l’État décidera finalement.

Impact

On ignore quelles éventuelles conséquences pourrait avoir ce sondage. Selon deux sources de Meduza proches de l’administration présidentielle, les autorités prévoient déjà de limiter le nombre de sondages publics sur l’avis des Russes vis-à-vis de la guerre. Le Kremlin ne craindrait cependant pas des manifestations massives contre la guerre dans un avenir proche.

7sur7

error: Oups... contenu protégé ;)