🇷🇺 Les élites russes “veulent se débarrasser” de Poutine mais ne savent “pas encore comment”: le témoignage d’un élu exilé

🇷🇺 Les élites russes “veulent se débarrasser” de Poutine mais ne savent “pas encore comment”: le témoignage d’un élu exilé

Le vent est-il en train de tourner en Russie? Selon un élu exilé en Géorgie, Vladimir Poutine serait sur la sellette. Les élites du pays chercheraient en effet à “s’en débarrasser”. Reste à savoir comment procéder…

Dmitry Plyuga, élu municipal à Saint-Pétersbourg, s’est exilé en Géorgie. Selon lui, la cote de popularité du président russe est au plus bas auprès des responsables locaux et sa chute est envisagée, confie-t-il à BFMTV. Il assure que les élites russes cherchent désormais à “s’en débarrasser” mais que personne ne sait encore, à ce stade, comment procéder, vu les risques qu’une telle opération peut impliquer, surtout en cas d’échec.

Poutine n’est plus incontestable

Si elle reste subtile, à nos yeux d’Occidentaux, la contestation de l’homme fort du Kremlin n’est plus publiquement inexistante. Des voix s’élèvent en effet, tant parmi les vétérans de guerre, que des élus, et il se chuchote que même son cercle rapproché commencerait à douter. Son sort semble en tout cas inéluctablement lié à l’issue de la guerre: vaincre l’Ukraine… ou disparaître.

Au pouvoir depuis 1999

Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir en 1999, nommé en tant que Premier ministre par le président d’alors, Boris Eltsine. Le 31 décembre de cette même année, il devient président de la Fédération de Russie par intérim lors de la démission surprise de son successeur, avant d’être officiellement élu à la plus haute fonction de l’État lors du premier tour de l’élection présidentielle en mars 2000. Il n’a plus quitté le pouvoir depuis lors.

Premier ministre, président, Premier ministre…

Vladimir Poutine a en effet été réélu à nouveau en 2004 avec un score confortable de plus de 70 % des suffrages, avant d’être freiné par la Constitution l’empêchant de se représenter pour un troisième mandat consécutif. Qu’à cela ne tienne… En 2008, il soutient Dmitri Medvedev à ce poste et, quand ce dernier remporte le scrutin et accède à la présidence, il nomme Poutine Premier ministre le 7 mai 2008.

… et à nouveau président

Lors de l’élection présidentielle de 2012, Dmitri Medvedev propose la candidature de Vladimir Poutine, qui peut, selon la Constitution, à nouveau se présenter. Elle a, en outre, entre-temps été modifiée: le mandat présidentiel passe de quatre à six ans. Il est réélu en mars 2012 avec 63,6 % des voix et on inverse les rôles: le président sortant devient chef du gouvernement. En mai 2018, Poutine est reconduit pour un quatrième mandat présidentiel. Medvedev est également maintenu à son poste.

Jusqu’en 2036?

Une nouvelle révision de la Constitution russe, adoptée en 2020, autorise Vladimir Poutine, 70 ans, à rester éligible pour deux mandats supplémentaires. En théorie, il pourrait donc rester à la tête de la Fédération de Russie jusqu’en… 2036. Il aurait alors 84 ans.

7sur7

error: Oups... contenu protégé ;)