đŸ‡·đŸ‡ș La Russie isolĂ©e et sous pression aprĂšs l’annexion de nouveaux territoires en Ukraine

đŸ‡·đŸ‡ș La Russie isolĂ©e et sous pression aprĂšs l’annexion de nouveaux territoires en Ukraine

L’UE, les Etats-Unis, et d’autres pays tels que la Turquie ont rejetĂ© l’annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncĂ© saisir la Cour internationale de justice (CIJ).

La Russie se retrouve samedi isolĂ©e et sous pression au lendemain de l’annexion officielle de quatre territoires ukrainiens qui a suscitĂ© une pluie de condamnations internationales et le rejet de Kiev, dĂ©terminĂ© Ă  reconquĂ©rir son territoire.

L’UE, les Etats-Unis, et d’autres pays tels que la Turquie ont rejetĂ© l’annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncĂ© saisir la Cour internationale de justice (CIJ).

« AprĂšs les tentatives d’annexion de Poutine, l’Ukraine a officiellement informĂ© la Cour internationale de justice que cette Ă©tape est une violation flagrante » de l’ordonnance rendue par la CIJ le 16 mars demandant Ă  la Russie de suspendre immĂ©diatement ses opĂ©rations militaires en Ukraine, a tweetĂ© le ministre des Affaires Ă©trangĂšres, Dmytro Kouleba.

« Nous exhortons la Cour à se saisir du dossier le plus vite possible », a-t-il ajouté.

Le prĂ©sident russe Vladimir Poutine a, lui, clos vendredi soir la journĂ©e de cĂ©rĂ©monie d’annexion devant plusieurs milliers de personnes rĂ©unies pour un concert festif sur la Place Rouge Ă  Moscou. « La victoire sera Ă  nous », a-t-il lancĂ©, alors qu’au mĂȘme moment son armĂ©e Ă©prouve des difficultĂ©s en Ukraine.

« Bienvenue Ă  la maison », a aussi dĂ©clarĂ© le prĂ©sident russe Ă  l’adresse des habitants des territoires ukrainiens annexĂ©s, affirmant que la Russie leur ouvrait « son coeur ».

Les Russes « à bout de force » à Lyman

Le mĂȘme jour, une frappe de missiles particuliĂšrement meurtriĂšre a fait au moins 30 morts parmi des civils dans une zone sous contrĂŽle ukrainien prĂšs de Zaporijjia (sud de l’Ukraine).

Lors d’une cĂ©rĂ©monie au Kremlin, Vladimir Poutine a signĂ© les documents d’annexion, aux cĂŽtĂ©s des dirigeants des rĂ©gions sĂ©paratistes d’Ukraine de Donetsk et Lougansk (est), et de celles occupĂ©es par les troupes russes de Zaporijjia et de Kherson (sud).

Dans son discours, il a appelĂ© Kiev Ă  cesser « toutes les hostilitĂ©s et Ă  revenir Ă  la table des nĂ©gociations », malgrĂ© les rĂ©cents revers infligĂ©s Ă  l’armĂ©e russe par les forces ukrainiennes, auxquels s’ajoute depuis vendredi l’encerclement partiel de la ville stratĂ©gique de Lyman (est) par les Ukrainiens.

Les soldats russes à Lyman, un important noeud ferroviaire, combattent « à bout de force » et la situation y est « difficile », a reconnu vendredi un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline.

Pour sa part, le prĂ©sident ukrainien Volodymyr Zelensky s’est fĂ©licitĂ© des « rĂ©sultats significatifs«  de la contre-offensive de ses troupes.

« Nous avons des rĂ©sultats significatifs dans l’Est du pays (…) Tout le monde a entendu ce qui se passe Ă  Lyman, dans la rĂ©gion de Donetsk. Ce sont des Ă©tapes qui comptent beaucoup pour nous », s’est-il rĂ©joui dans son allocution quotidienne publiĂ©e sur les rĂ©seaux sociaux.

Soutien américain

Auparavant, il avait rejetĂ© toute nĂ©gociation avec Moscou tant que Vladimir Poutine sera prĂ©sident, tout en annonçant qu’il allait « signer la candidature de l’Ukraine en vue d’une adhĂ©sion accĂ©lĂ©rĂ©e Ă  l’Otan ».

A Washington, le secrĂ©taire d’Etat amĂ©ricain Antony Blinken a assurĂ© que son pays et le Canada Ă©taient favorables Ă  cette adhĂ©sion.

« Nous soutenons fermement l’entrĂ©e dans l’Otan de pays qui souhaitent y adhĂ©rer et qui peuvent y apporter leurs capacitĂ©s », a-t-il dĂ©clarĂ© Ă  l’issue d’une entrevue avec la ministre canadienne des Affaires Ă©trangĂšres MĂ©lanie Joly. Mais, a-t-il ajoutĂ©, « il existe un processus pour cela et les pays continueront Ă  suivre ce processus ».

Le prĂ©sident amĂ©ricain Joe Biden a jurĂ© d' »appuyer les efforts de l’Ukraine pour regagner le contrĂŽle de son territoire » et affirmĂ© que les Etats-Unis et leurs alliĂ©s ne se laisseraient pas « intimider » par le prĂ©sident Poutine.

Son conseiller pour la sĂ©curitĂ© nationale Ă  la Maison Blanche, Jake Sullivan, a indiquĂ© qu’il y aurait « une annonce la semaine prochaine d’une assistance sĂ©curitaire immĂ©diate » en faveur de l’Ukraine.

Condamnations et sanctions

Les dirigeants des pays de l’UE ont publiĂ© vendredi une dĂ©claration « rejetant » et « condamnant » cette « annexion illĂ©gale ».

La Turquie « rejette » cette annexion comme elle a refusĂ© de reconnaĂźtre l’annexion de la CrimĂ©e, a pour sa part indiquĂ© samedi le ministĂšre des affaires Ă©trangĂšres.

L’Otan a dĂ©noncĂ© une annexion « illĂ©gitime », tandis qu’Ă  New York le Conseil de sĂ©curitĂ© de l’ONU a examinĂ© une rĂ©solution condamnant les « pseudo-annexions » en Ukraine, qui a immĂ©diatement Ă©tĂ© bloquĂ©e par un veto de la Russie.

En dehors du veto russe, la rĂ©solution a recueilli 10 voix en sa faveur et quatre pays se sont abstenus (la Chine, l’Inde, le BrĂ©sil et le Gabon).

Dans son discours au Kremlin, M. Poutine a fustigĂ© l’Occident, qu’il a accusĂ© de vouloir prĂ©server un « systĂšme nĂ©ocolonial qui lui permet de parasiter et, en rĂ©alitĂ©, de piller le monde entier ».

Ces annexions interviennent aprĂšs sept mois d’offensive russe en Ukraine et des « rĂ©fĂ©rendums » organisĂ©s en urgence dans les rĂ©gions occupĂ©es, qui ont Ă©tĂ© dĂ©noncĂ©s comme des « simulacres » par Kiev et ses alliĂ©s.

Signe de cette prĂ©cipitation et d’une certaine dĂ©sorganisation, le porte-parole du Kremlin a annoncĂ© devoir « clarifier » si la Russie annexait la totalitĂ© des rĂ©gions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ou uniquement les parties qu’elle occupe effectivement.

Balayant les critiques, M. Poutine a assurĂ© qu’il « n’aspirait pas » Ă  restaurer l’URSS. Il a Ă©galement signĂ© un dĂ©cret facilitant l’accĂšs Ă  la nationalitĂ© russe pour les Ă©trangers s’engageant dans l’armĂ©e, une mesure destinĂ©e visiblement Ă  recruter des migrants venus d’ex-URSS travaillant en Russie.

Frappe meurtriĂšre

Dans les rues de Moscou, Ildar BabaĂŻev, un militaire de 38 ans, a dit Ă  l’AFP qu’il trouvait « formidable » les annexions. « Cela aurait dĂ» ĂȘtre fait il y a longtemps, il y a huit ans, en fait », lors du premier conflit entre Kiev et les sĂ©paratistes prorusses, a-t-il ajoutĂ©.

En Ukraine, le mĂȘme jour, au moins 11 civils ont Ă©tĂ© retrouvĂ©s morts sur une route, tuĂ©s par balles, aprĂšs le retrait des troupes russes d’une grande partie de la rĂ©gion de Kharkiv (nord-est), a constatĂ© une Ă©quipe de l’AFP.

Depuis le dĂ©but de l’offensive, Kiev a dĂ©noncĂ© des exactions de l’armĂ©e russe, des accusations systĂ©matiquement rejetĂ©es par Moscou.

Dans une zone restĂ©e sous contrĂŽle ukrainien de la rĂ©gion de Zaporijjia (sud), l’un des quatre territoires annexĂ©s par Moscou, au moins 30 personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es et 88 blessĂ©es par une frappe russe, selon la police ukrainienne. Un responsable prorusse en a, en retour, accusĂ© les forces ukrainiennes.

Les journalistes de l’AFP ont vu une quinzaine de voitures aux vitres soufflĂ©es et au moins trois cadavres de femmes au sol. Les gens attendaient ici la permission pour retourner dans les territoires sous contrĂŽle russe.

BFMTV