🇬🇧 Une Britannique doit verser 40.000 euros à l’homme qui a abusé d’elle pendant plus de dix ans et le laisser retourner au domicile de sa mère

🇬🇧 Une Britannique doit verser 40.000 euros à l’homme qui a abusé d’elle pendant plus de dix ans et le laisser retourner au domicile de sa mère

Kirsty Easthope, originaire de York, en Angleterre, a perdu le procès qu’elle avait intenté à Arthur Hepple, le compagnon de 84 ans de sa défunte mère, qui a abusé sexuellement d’elle pendant plus de dix ans. La femme âgée 52 ans doit lui verser près de 40.000 euros de dommages et intérêts et permettre son retour au domicile de sa mère.

Arthur Hepple a été condamné à une peine de prison avec sursis en 2014 pour avoir abusé sexuellement de Kirsty Easthope. En 2017, il a fait de la prison ferme pour avoir abusé sexuellement d’une autre femme et de sa fille adolescente. Il a été remis en liberté en octobre 2018.

Au terme d’un procès intenté par Kirsty Easthope, un juge a récemment autorisé Arthur Hepple à retourner vivre dans la maison de sa défunte compagne, la mère de la Mme Easthope. En plus de lui verser des dommages et intérêts à auteur de 40.000 euros, cette dernière doit lui fournir des meubles dans le bungalow de York qu’elle a hérité de sa mère Irma Barnett, décédée à l’âge de 81 ans en 2013.

Un testament controversé

Dans son testament qu’elle avait rédigé en 2000, Mme Barnett avait autorisé son compagnon à occuper sa maison pour le reste de sa vie. Sa fille n’était pas d’accord avec cette décision, mais M. Hepple a voulu faire valoir ses droits. L’affaire a donc été portée devant la Cour.

“Je ne comprends pas qu’il n’ait pas honte et qu’il veuille retourner vivre là où il n’est pas le bienvenu”, a déclaré Kirsty Easthope, mère de trois enfants. Selon Mme Easthope, sa mère souffrait de démence avant de mourir et n’était pas consciente des abus. M. Hepple a commencé à abuser de Mme Easthope après le diagnostic de démence de sa mère en 2003. Ce n’est qu’après la mort de sa mère que Mme Easthope a porté plainte contre M. Hepple, car avant cela, elle craignait que la police ne la prenne pas au sérieux.

Mme Easthope, agent immobilier de profession, ne vivait pas dans la maison de sa mère mais la louait. Elle n’a pas permis à Hepple d’y retourner. Elle lui a proposé une autre résidence, qu’il a refusée. Le père de Mme Easthope, Alan Barnett, avait acheté la maison familiale de trois chambres avec sa femme Irma en 1983, mais il est décédé à l’âge de 71 ans en 1996. Le nouveau compagnon d’Irma Barnett, Arthur Hepple, a emménagé avec elle dans le bungalow en 1999.

7sur7

error: Oups... contenu protégé ;)