đŸ‡«đŸ‡· Burkina Faso : Emmanuel Macron « condamne le coup d’État militaire »

đŸ‡«đŸ‡· Burkina Faso : Emmanuel Macron « condamne le coup d’État militaire »

AprĂšs avoir arrĂȘtĂ© le prĂ©sident Roch Marc Christian KaborĂ©, des militaires putschistes sont apparus lundi Ă  la tĂ©lĂ©vision pour confirmer que l’armĂ©e «avait pris ses responsabilitĂ©s».

Le prĂ©sident français Emmanuel Macron a condamnĂ© mardi 25 janvier le coup d’État au Burkina Faso, oĂč des militaires ont annoncĂ© avoir chassĂ© du pouvoir le chef de l’État Roch Marc Christian KaborĂ© dont l’ONU demande «la libĂ©ration immĂ©diate».

«J’ai eu de premiers Ă©changes avec les dirigeants de la rĂ©gion, j’en aurai dans les prochains jours», a dĂ©clarĂ© Emmanuel Macron en marge d’un dĂ©placement dans le Limousin. «TrĂšs clairement, comme toujours, nous sommes au cĂŽtĂ© de l’organisation rĂ©gionale qu’est la CĂ©dĂ©ao (CommunautĂ© Ă©conomique des États de l’Afrique de l’Ouest, NDLR) pour condamner ce coup d’État militaire». Des militaires en uniforme ont annoncĂ© lundi Ă  la tĂ©lĂ©vision publique burkinabĂ© avoir pris le pouvoir dans le pays et chassĂ© le prĂ©sident KaborĂ©, plongeant dans une nouvelle crise ce pays sahĂ©lien minĂ© par d’incessantes attaques djihadistes.

«Succession de coups d’Etat militaires»

Emmanuel Macron, rĂ©pondant aux journalistes dans la petite ville de Saint-LĂ©onard-de-Noblat (Haute-Vienne), a soulignĂ© que le prĂ©sident KaborĂ© «avait Ă©tĂ© Ă©lu dĂ©mocratiquement par son peuple Ă  deux reprises». Sur le compte Twitter de l’ancien prĂ©sident, la tĂ©lĂ©vision publique RTB a publiĂ© une lettre manuscrite signĂ©e de sa main dans laquelle il indique «dĂ©poser sa dĂ©mission», «dans l’intĂ©rĂȘt supĂ©rieur de la nation, suite aux Ă©vĂšnements qui s’y dĂ©roulent» depuis dimanche. «On m’a dit qu’il n’Ă©tait pas menacĂ© dans son intĂ©gritĂ© physique», a indiquĂ© Emmanuel Macron.

Le Haut-commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a rĂ©clamĂ© mardi, la «libĂ©ration immĂ©diate» du prĂ©sident burkinabĂ© «ainsi que d’autres hauts responsables qui ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s». Le prĂ©sident français a dĂ©plorĂ© un putsch qui «s’inscrit dans une succession de plusieurs coups d’État militaires qui sont extrĂȘmement prĂ©occupants, dans un moment oĂč la rĂ©gion (sahĂ©lienne) doit avoir une prioritĂ© qui est la lutte contre le terrorisme islamiste».

RFI