🇨🇳 Chine: une célébrité se suicide en direct sur les réseaux sociaux en buvant des pesticides

🇨🇳 Chine: une célébrité se suicide en direct sur les réseaux sociaux en buvant des pesticides

Une célébrité chinoise de 25 ans a mis fin à ses jours en direct sur les réseaux sociaux, en ingurgitant des pesticides jeudi 14 octobre. Alors que la famille accuse ses abonnés d’avoir encouragé le geste de la vloggeuse, le drame a poussé de nombreux experts à réclamer un renforcement de la supervision des directs en ligne, pour notamment interrompre leur diffusion dans ces cas de figure.

Les captures d’écran de la jeune femme, une bouteille de pesticide Ă  la main, sont devenues virales. Avec cette question qui agite les rĂ©seaux sociaux : les internautes qui ont assistĂ© au suicide en direct doivent-ils ĂŞtre tenus pour responsables ?

Selon les mĂ©dias chinois, « Luoxiaomaomaozi Â», comme elle se surnommait en ligne, a mis fin Ă  ses jours sur Douyin (la version chinoise de TikTok) devant une partie de ses 678 000 followers. Â« Ceci n’est pas une publicitĂ© pour vendre des produits, a-t-elle prĂ©venu jeudi 14 octobre. C’est probablement ma dernière vidĂ©o, car je souffre de dĂ©pression. Â»

Un appel Ă  l’aide qui visiblement n’a pas suscitĂ© que de l’empathie : d’autres captures d’écran montrent des messages encourageant l’influenceuse Ă  « boire rapidement Â» le produit chimique toxique mĂ©langĂ© Ă  une boisson. Cette dernière a perdu immĂ©diatement connaissance après avoir ingurgitĂ© le poison. Conduite aux urgences, les mĂ©decins n’ont rien pu faire.

Supervision des live streaming

« Luoxiaomaomaozi » avait évoqué des pensées suicidaires après avoir rompu avec son petit ami en avril dernier. Mais certains de ses amis estiment toutefois qu’elle a fait ce geste fatal parce que elle y aurait été poussée par des internautes.

Les pesticides restent le mode de suicide le plus utilisé en Chine, mais jamais encore au cours d’un live streaming. Selon le quotidien Les Nouvelles de Pékin, la famille entend porter plainte contre les trolls malveillants.

Des experts cités par la presse d’État ont réclamé un renforcement de la supervision des directs par les plateformes, via notamment des mots clés et l’intelligence artificielle permettant d’interrompre la diffusion.

RFI