️⚽️ Comment les talibans auraient gagné des millions grâce au Mondial

️⚽️ Comment les talibans auraient gagné des millions grâce au Mondial

La Coupe du monde controversée qui se déroule au Qatar depuis le 20 novembre a coûté plus de 200 milliards d’euros. Les talibans auraient profité de cet événement planétaire pour gagner des millions, notamment grâce à la construction des stades, comme le révèle le journal britannique “The Telegraph”. Explications.

La Coupe du Monde s’avère être une affaire lucrative pour les talibans. De hauts responsables du groupe islamiste radical ont réalisé d’énormes profits grâce à la construction des stades au Qatar. Ils ont fourni des machines lourdes, que les entreprises de construction ont achetées ou louées à des prix élevés. Une activité très rentable: les entreprises auraient versé plusieurs millions au total.

“Les talibans ont investi massivement dans la construction de la Coupe du monde et le tournoi est une source inépuisable de revenus supplémentaires. C’est la poule aux œufs d’or. Ils ont gagné des millions”, a affirmé à “The Telegraph” une source, qui a vécu à Doha au cours de la décennie qui a précédé la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans en 2021.

Les pourparlers de paix

Depuis 2013, un groupe important de dirigeants talibans vivait à Doha, la capitale du Qatar, où ils ont mené des pourparlers de paix à long terme avec les États-Unis et les Nations unies.

Le stade Khalifa à Doha. © REUTERS

Deux sources talibanes de haut rang ont chacune séparément communiqué des détails au “Telegraph” après avoir exprimé leur frustration quant au comportement de leurs dirigeants en Afghanistan. Alors que des talibans mènent une vie luxueuse à Doha, ils poursuivent des politiques très conservatrices dans leur pays.

La semaine dernière, les talibans ont annoncé un retour des châtiments cruels de la charia en Afghanistan, notamment la lapidation et la flagellation. Les jeunes filles ne sont plus autorisées à fréquenter l’école secondaire. Les femmes ne sont pas autorisées à travailler ou à se balader dans les espaces publics tels que les parcs, les parcs d’attractions et les salles de sport.

Le stade Al Janoub au Qatar. © REUTERS*

Allocations lucratives

Les sources ont décrit comment, pendant les négociations de paix, les représentants ont reçu des allocations lucratives pour vivre au Qatar, qu’ils ont ensuite investies dans du matériel de construction lourd. “Certains membres des talibans possédaient chacun six à dix machines lourdes à Doha et gagnaient jusqu’à 10.000 livres (environ 11.500 euros) par machine et par mois”, écrit “The Telegraph”.

Les autorités qataries, avec l’approbation des États-Unis et des Nations unies, auraient versé aux hauts responsables talibans à Doha une allocation mensuelle de plusieurs milliers d’euros dans le cadre de leurs efforts pour faciliter les pourparlers de paix avec l’Occident. Ils ont également reçu des véhicules de luxe, des soins de santé et des repas gratuits.

“The Telegraph” affirme que l’argent a d’abord été versé en espèces, puis transféré directement sur les comptes bancaires des talibans, ce qui a rendu difficile le suivi des dépenses par les autorités américaines et qataries.

Le stade Khalifa à Doha. © REUTERS

“Secret de polichinelle”

“C’était un secret de polichinelle à l’ambassade d’Afghanistan à Doha que l’équipe de négociation et les hauts représentants talibans étaient bien payés par le régime qatari et qu’ils investissaient ces salaires dans des machines de construction pour la Coupe du monde”, déclare un ancien diplomate afghan à Doha.

Alors que des efforts étaient déployés pour mettre en place l’accord de paix de 2020 entre les talibans et les États-Unis, le Qatar hébergeait des dirigeants talibans dans des propriétés décrites comme de “petits châteaux”.

S’adressant au “Telegraph”, un porte-parole des talibans a rejeté l’affirmation selon laquelle “l’Émirat islamique d’Afghanistan a fourni des machines de construction au Qatar pour la Coupe du monde”. “Aucun représentant de l’Émirat islamique n’a investi des indemnités dans des machines lourdes et/ou sous-traité ces machines à des entreprises”, a déclaré le porte-parole.

La majorité de ces hauts fonctionnaires seraient depuis retournés en Afghanistan.

7sur7

error: Oups... contenu protégé ;)