Une gardienne a caché qu’elle avait laissé tomber et secoué mortellement Ezra, un bébé de cinq mois

Une gardienne a caché qu’elle avait laissé tomber et secoué mortellement Ezra, un bébé de cinq mois

Ezra n’avait que cinq mois lorsque ses parents l’ont déposé à la crèche de Borsbeek, en province d’Anvers. Et puis, il y a eu cet appel en fin d’après-midi: il était en réanimation. Onze jours plus tard, Ezra est décédé. Dans les dix jours qui ont suivi, la gardienne a tout avoué. Elle avait laissé tomber Ezra. Parce qu’il faisait quelque chose de “bizarre”, elle a voulu le “réveiller”. “Inimaginable”, pour les parents. “Peut-être que cela a aggravé les choses.”

Chana dans la chambre d’Ezra. « Nous ne pouvons pas nous résoudre à ranger ses affaires », dit-elle. © Nadia El Makhfi

Une femme de 34 ans de Kontich doit répondre de l’homicide involontaire d’Ezra, un garçon de 5 mois de la commune de Borsbeek, devant le tribunal d’Anvers ce matin. Il est décédé le 6 décembre 2018. Selon la gardienne, le bébé était tombé à la crèche de Droombos. La suspecte a insisté pendant des semaines sur le fait qu’il ne s’était rien passé pendant qu’elle surveillait le garçon. Une semaine et demie seulement après sa mort, la femme a tout avoué. Lors d’un interrogatoire d’une heure le 17 décembre 2018, elle a confié qu’elle avait menti pendant tout ce temps. Parce qu’elle avait peur de perdre son emploi ou d’aller en prison.

Apparem­ment, je ne tenais pas Ezra correcte­ment. Il m’a échappé des mains

La gardienne d’Ezra

Selon sa déclaration, elle était seule ce lundi après-midi dans la crèche avec trois enfants. Elle trouvait qu’Ezra était trop éloigné des autres enfants. Elle s’est assise en tailleur et en s’appuyant sur ses genoux a saisi Ezra sous les aisselles pour le soulever. Son pied s’est coincé dans la housse du tapis de jeu. La nounou est alors tombée en avant.

“Apparemment, je ne tenais pas Ezra correctement. Il m’a échappé des mains”. Selon la femme, Ezra est tombé – d’environ un demi-mètre de haut – sur le matelas avec la tête la première. Il pleurait violemment. Elle l’a réconforté et l’a remis dans son siège. Elle ne l’a pas attaché et est allée aux toilettes. Lorsqu’elle est revenue, le bébé était assis de travers sur sa chaise. On aurait dit que le garçon avait le souffle coupé. Elle a paniqué et l’a secoué. Elle a d’abord téléphoné à sa cheffe, puis elle a appelé les services d’urgence.

Ezra était un enfant de rêve, disent sa maman Chana et son papa Hovik. « Il n’y a pas de mot pour parler de sa perte. L’amour reste, mais on ne peut plus l’exprimer ». © Nadia El Makhfi

Mort dans les bras de ses parents 

Le fait que la gardienne d’enfants ait gardé le silence sur ce qui s’était passé pendant des semaines lui a permis de continuer à travailler à la crèche. À cause de ses mensonges, la mère et le père d’Ezra ont été interrogés comme suspect. Ceci est confirmé par Chana et Hovik. “Ezra s’est battu onze jours pour sa vie à l’hôpital”, dit sa mère. Elle et Hovik n’ont pas quitté le chevet de leur fils. Deux jours après son admission, les parents ont reçu leur premier coup de massue: les médecins ont déclaré que les blessures d’Ezra étaient “graves et ne pouvaient pas être naturelles”. Les scanners ont montré qu’il y avait du sang entre le cerveau et le crâne le long des deux hémisphères. Les médecins ont traité Ezra comme un bébé secoué.

Ezra s’est battu à l’hôpital onze jours avant sa mort

Chana

“À l’époque, trouver la cause n’était pas une priorité pour nous”, dit Chana. “Nous nous sommes concentrés sur son rétablissement.” Pendant sept jours, les parents ont eu un peu d’espoir. Parce qu’Ezra a bougé. Cependant, ces mouvements se sont avérés incontrôlés. Ezra est mort le jour de la Saint-Nicolas dans les bras de ses parents.

Pendant le séjour d’Ezra à l’hôpital, la police avait déjà appelé les parents. Qu’ils devaient être interrogés. “J’étais stupéfait”, dit Chana. “J’ai dit que je ne pouvais pas me libérer. Ma priorité était Ezra, qui avait besoin d’aller mieux”. Elle a considéré cet appel comme une gifle. “C’est seulement là que j’ai réalisé que quelque chose n’allait pas et que nous étions considérés comme des suspects potentiels.”

Nous avons été interrogés pendant des heures après la mort d’Ezra. « En tant que suspects. Si la gardienne avait été honnête, les choses auraient été différen­tes

Chana

“Je n’ai rien fait” 

Chana se souvient du moment où sa vie a basculé. Ce lundi 26 novembre, son téléphone portable a sonné un peu après  18 heures. C’était la gardienne. “Elle nous a dit de venir immédiatement. Ezra n’était pas bien. Ils le réanimaient”. Selon Chana, elle a remarqué que l’infirmière n’arrêtait pas de répéter qu’elle n’avait rien fait. “J’ai trouvé ça bizarre, mais je n’ai pas posé de questions. À ce moment-là, j’avais d’autres préoccupations”, dit Chana.

D’après Hovik, la gardienne a répété les mêmes mots lorsqu’il est arrivé à la crèche: qu’elle n’avait rien fait au garçon. Le soir, elle se rend à l’hôpital avec la directrice de la crèche pour laquelle elle travaille depuis huit ans. “C’était frappant: elle a surtout souligné la qualité de sa réaction. Comment elle avait fait tout son possible pendant la réanimation”.

“Réagir rapidement aurait pu faire la différence”, dit Chana. “Selon la gardienne, Ezra a pleuré après cette chute. Toujours selon elle, il a eu des problèmes respiratoires environ trois quarts d’heure plus tard. Le fait qu’elle l’ait secoué pour le rendre alerte est une réaction inimaginable pour moi. Il semble plausible que cela ait aggravé les dommages éventuels…”

D’après l’autopsie, Ezra est mort des conséquences de l’impact et/ou des secousses. Le procureur d’Anvers a poursuivi la femme pour homicide involontaire. Après son interrogatoire, elle a été libérée sous conditions. Le juge d’instruction a d’abord refusé de l’autoriser à travailler avec des enfants. Après ses aveux, elle a cessé de travailler avec son employeur. En principe, elle pourrait recommencer à travailler dans une crèche aujourd’hui, car le juge d’instruction a supprimé cette condition en mars de l’année dernière. Aujourd’hui, la femme travaille comme aide-soignante pour les personnes âgées. Elle aurait été brisée par la mort d’Ezra elle-même. Elle a eu besoin d’une aide psychologique.

Son avocat, Frédéric Thiebaut, souligne que la mort d’Ezra est un accident tragique. “C’est un dossier très douloureux, surtout pour les proches de l’enfant décédé. Ma cliente n’a jamais voulu cela”. 

En outre, la directrice de la crèche où l’incident a eu lieu a revendiqué la responsabilité civile. Elle réclame des dommages et intérêts. “Nous voulons donner un signal clair en tant que crèche”, déclare Walter Damen, avocat du directeur. “Nous ne sommes évidemment pas d’accord avec la façon dont cette employée a agi. Elle a menti et a continué à mentir. Elle a entraîné la crèche dans une enquête judiciaire. Dans le cadre de cette enquête, la crèche a également dû fermer pendant quelques jours. Certains parents ont également retiré leur enfant”.

Les parents d’Ezra espèrent obtenir des réponses. “Il n’y avait pas de caméras dans la crèche et la gardienne était le seul adulte présent. Nous devons donc nous appuyer sur son témoignage. Mais a-t-elle dit toute la vérité? Nous ne savons pas. Un certain nombre de choses dans l’enquête ne sont pas très claires pour nous. Nous espérons que le procès apportera de la clarté”.

Par 7sur7.be

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE !