Corse : un militaire attaché à une cible d’obus en guise de bizutage

Corse : un militaire attaché à une cible d’obus en guise de bizutage

Un jeune pilote de chasse a porté plainte après avoir été traumatisé par un bizutage sur une base militaire en Corse, rapporte « La Provence ».

 Ils ont joué à la roulette russe avec des Mirage ! » Un jeune pilote de l’armée de l’air, traumatisé par un violent bizutage subi il y a deux ans, et réclamant depuis sa réaffectation, a décidé de déposer une plainte. Le militaire, âgé d’une trentaine d’années, a passé une journée en enfer sur la base aérienne 126 de Solenzara en Corse. C’était en mars 2019. Après avoir été accueilli froidement par ses supérieurs et collègues de travail, le trentenaire a été cagoulé et embarqué de force dans un pick-up. Direction le champ de tir pour un bizutage d’une violence inouïe, révèle La Provence.

Le jeune pilote a été ligoté à un poteau qui se trouvait au centre d’une cible d’entraînement pour les avions de chasse. Pendant vingt minutes, les Mirage ont tourné au-dessus de sa tête et ont lancé des obus tout autour de lui. À la fin de cet épisode traumatique, il a dû rejoindre le véhicule de ses bizuteurs à pieds joints et a été ramené à la base à grande vitesse, et toujours allongé à l’arrière.

Le pilote traité « comme un otage de Daech »

« Ils ont joué à la roulette russe avec des Mirage ! Il serait temps que l’armée de l’air remette les pieds sur terre », a déclaré un de ses avocats, Me Silvio Rossi-Arnaud, dans La Provence. « C’est hallucinant ! C’est un scandale monstrueux ! Faire subir ça à un militaire… c’est du délire. On dirait un otage de Daech. »

Après avoir gardé le silence tout ce temps, le militaire a donc décidé de déposer une plainte pour « violences volontaires aggravées » et « mise en danger délibérée d’autrui », le tout infligé par « des professionnels, personnels de l’armée et gradés ». Ce qui constitue une circonstance aggravante. Les agresseurs, qui n’ont pas hésité à filmer la scène et à prendre des photos, risquent gros.

Lepoint

Commenter

Voulez-vous rester informé(e) en activant les notifications ?    Oui Non merci