🇧🇪 Une alternative aux vaccins contre le Covid-19? Le CHU de Charleroi teste une thérapie alternative

🇧🇪 Une alternative aux vaccins contre le Covid-19? Le CHU de Charleroi teste une thérapie alternative

Les vaccins contre le Covid-19 suscitent la frénésie. Certaines personnes mettent en doute leur efficacité et craignent les effets secondaires malgré les résultats scientifiques probants. Du coup, elles ne se vaccinent pas et encourent davantage de risques de tomber gravement malades. Heureusement pour les plus fragiles d’entre elles, une alternative est en train de rassurer le milieu médical et notamment le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Charleroi.

La thérapie par anticorps monoclonaux neutralisants présente de bons résultats contre le Covid-19. Elle a été proposée à une quinzaine de patients du CHU de Charleroi et aucun des sujets n’a développé de forme grave de la maladie.

“L’objectif de cette thĂ©rapie est de fournir des anticorps rapidement efficaces puisqu’ils ont Ă©tĂ© produits par les lymphocytes B de patients dĂ©jĂ  guĂ©ris du Covid-19. Elle s’adresse Ă  un public bien spĂ©cifique, Ă  savoir des personnes qui ont un schĂ©ma vaccinal incomplet (NDLR. zĂ©ro ou une dose du vaccin) ou qui sont complètement vaccinĂ©es, mais qui ne dĂ©veloppent pas d’anticorps et prĂ©sentent un haut risque de dĂ©velopper une forme sĂ©vère du Covid-19″ informe le communiquĂ© de presse de l’Intercommunale de SantĂ© Publique du Pays de Charleroi (ISPPC).

Public cible

Les patient(e)s qui répondent aux conditions pour bénéficier de ce traitement sont celles et ceux:

• dont le système immunitaire est affaibli par une maladie auto-immune, un cancer ou sous traitement immunomodulateur (par exemple, la cortisone).

• qui prĂ©sentent des comorbiditĂ©s (obĂ©sitĂ©, maladies cardiovasculaires, neurologiques, pulmonaires chroniques).

Conditions d’application

Les anticorps monoclonaux sont administrĂ©s au stade prĂ©coce de la maladie, c’est-Ă -dire avant que le patient n’ait besoin d’oxygène pour respirer. Soit dans les dix jours après l’apparition des symptĂ´mes et dans les cinq jours après un test PCR (NDLR. polymerase chain reaction en anglais ou rĂ©action de polymĂ©risation en chaĂ®ne en français) positif.

Le traitement est appliqué sous surveillance médicale, au CHU de Charleroi, via une perfusion intraveineuse en isolement Covid puisque le patient est effectivement contagieux.

La perfusion intraveineuse “gĂ©nĂ©ralement coule en une demi-heure” fait savoir l’infectiologue de l’hĂ´pital carolo, Sandrine Milas, dans une vidĂ©o publiĂ©e sur Youtube. “On doit ensuite surveiller le patient pendant une heure. Tout cela est rĂ©alisĂ© avec des mesures de protection Covid-19″

Effets secondaires

Comme pour les vaccins, il existe des réactions éventuelles au traitement: “Des effets secondaires bénins (nausées, frissons, température, etc.) sont possibles et plus rarement des réactions allergiques, comme pour tout autre perfusion d’anticorps. Ce qui explique la surveillance médicale”.

En quarantaine à son domicile, le patient est reconvoqué pour un frottis sept à dix jours après l’administration du traitement et revu par un spécialiste en consultation d’infectiologie dans les 29 jours.

Autres hĂ´pitaux belges

Cela fait plusieurs semaines maintenant que le CHU de Charleroi utilise cette mĂ©thode. Celle-ci avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© testĂ©e auparavant sur neuf patients Ă  l’hĂ´pital Érasme (ULB) et au CHU de Liège Ă  Sart-Tilman (ULiège). 

Les résultats publiés au mois de septembre dernier avaient également été positifs.