🇱🇾 Kadhafi : 10 ans après, les circonstances de sa mort restent un mystère

🇱🇾 Kadhafi : 10 ans après, les circonstances de sa mort restent un mystère

C’était il y a 10 ans jour pour jour : le 20 octobre 2011,  le leader libyen Mouammar Kadhafi Ă©tait tuĂ©. Ă€ l’époque, les rebelles du Conseil national de transition (CNT), appuyĂ©s par Washington, Paris et Londres, se battent contre l’armĂ©e libyenne. Tripoli est aux mains du CNT et Mouammar Kadhafi en fuite. Les rebelles soupçonnent qu’il est retranchĂ© Ă  Syrte, sa ville d’origine et lancent un dernier assaut. Dans les heures qui suivent, on apprend sa capture, puis sa mort. Jusqu’Ă  aujourd’hui, les circonstances de son dĂ©cès ne sont toujours pas claires.

20 octobre 2011. Il est 13h15, heure locale. Un commandant du CNT, Abdel Madjid, annonce la capture de Mouammar Kadhafi. Après 42 ans de rĂ©gime autoritaire, celui que l’on nomme le « Guide de la RĂ©volution Â» est retranchĂ© Ă  Syrte, son dernier bastion. Ă€ bord d’un convoi de vĂ©hicules, il tente de quitter la ville. Le convoi est bombardĂ© par les forces de l’Otan.

Mouammar Kadhafi tente de fuir. Certains affirment qu’il aura tentĂ© de se cacher dans des Ă©gouts avant d’ĂŞtre capturĂ© par des combattants du CNT. Les premières photos de sa capture le montrent le visage ensanglantĂ©, dĂ©sorientĂ©. Mais vivant.

40 minutes plus tard, ce mĂŞme commandant du CNT dĂ©clare que Mouammar Kadhafi serait mort, qu’il aurait succombĂ© Ă  ses blessures. Il faut attendre encore une heure avant d’avoir une confirmation de son dĂ©cès. Que s’est-il passĂ© ?

Fusillade, explosion de grenade, lynchage… Plusieurs versions, mais aucune certitude

Plusieurs versions existent sur les circonstances de sa mort, qui aujourd’hui encore restent floues, expliquent Hasni Abidi, directeur du Centre d’Ă©tudes et de recherche sur le monde arabe. Selon la version officielle des autoritĂ©s libyennes, Mouammar Kadhafi est mort d’une balle dans la tĂŞte lors d’une fusillade entre ses partisans et les forces rebelles.

Cependant, des vidĂ©os filmĂ©es par des combattants du CNT et recueillies par l’organisation Human Rights Watch le montre capturĂ©, vivant, mais saignant abondamment d’une blessure Ă  la tĂŞte. Celle-ci aurait Ă©tĂ© provoquĂ©e par les Ă©clats d’une grenade jetĂ©e par l’un de ses gardes du corps, selon l’ONG. 

Un autre vidĂ©o le montre Ă©tant passĂ© Ă  tabac par les forces de l’opposition.

Dans un tĂ©moignage recueilli par l’ONG, un commandant d’une brigade de Misrata, prĂ©sent lors de son arrestation, avoue que c’était la pagaille. « Il y avait de nombreux combattants… Â», dit-il, « des gens lui tiraient les cheveux, le battaient, lui donnait des coups de baĂŻonnette Â».

Enterré dans un lieu tenu secret

Au moment oĂą il est chargĂ© dans une ambulance qui doit l’emmener vers Misrata, Mouammar Kadhafi semble sans vie, raconte l’ONG qui rĂ©clame une enquĂŞte. Ă€ l’Ă©poque, l’ONU rĂ©clame une investigation. « Les circonstances ne sont toujours pas claires Â», estime un porte-parole du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, se rĂ©fĂ©rant aux vidĂ©os jugĂ©es très inquiĂ©tantes qui circulent et qui font craindre un vĂ©ritable lynchage.

Il y a eu un dĂ©but d’enquĂŞte, indique le chercheur Hasni Abidi, mais très peu d’empressement de la part des autoritĂ©s libyennes. Mouammar Kadhafi bĂ©nĂ©ficiait encore de nombreux soutiens. De plus, la division entre l’Est et l’Ouest a rendu toute investigation presque impossible.

Quatre jours après sa mort, le leader dĂ©chu a Ă©tĂ© enterrĂ© dans un lieu tenu secret, le temps d’exposer sa dĂ©pouille Ă  la vue des Libyens de Misrata. Aujourd’hui encore, sa famille exige de savoir oĂą repose sa dĂ©pouille.

RFI