Trump: ce que son impeachment signifie pour lui, Joe Biden et les États-Unis

Trump: ce que son impeachment signifie pour lui, Joe Biden et les États-Unis

Exactement une semaine après que les forces de sécurité aient défendu la Chambre des représentants contre une foule en colère, les législateurs se sont réunis dans la même chambre pour destituer le président que la foule soutenait.

C’était la première fois en 231 ans d’histoire des États-Unis qu’un président était mis en examen deux fois au cours de son mandat. Pour un président qui aime se vanter des succès historiques de sa présidence, c’est une fin ignominieuse à son mandat.

Le seul article de destitution accuse le président d’avoir incité l’émeute qui a éclaté au Capitole américain après qu’il se soit adressé à une foule de milliers de personnes lors d’un rassemblement pro-Trump près de la Maison Blanche mercredi matin.

Il va maintenant être transmis au Sénat américain, où les 100 membres de l’organe siégeront à nouveau en tant que jury dirigé par le président de la Cour suprême des États-Unis.

L’issue de ce procès, qui ne débutera qu’après l’investiture de Joe Biden, est très incertaine. Toutefois, à ce stade, on peut commencer à évaluer les implications politiques de l’action du Congrès.

Les républicains ont rompu les rangs avec le président

La républicaine Liz Cheney est l’une des plus importantes déserteurs de Trump

Il y a un peu plus d’un an, la Chambre des représentants a mis en examen Trump pour la première fois sans un seul vote républicain. Cette fois-ci, dix membres de son propre parti ont rompu les rangs pour soutenir la résolution – et d’autres ont condamné ses paroles et ses actes le jour de l’émeute au Capitole.

La défection la plus notable a été celle de Liz Cheney, la troisième républicaine de la chambre et la fille de l’ancien vice-président Dick Cheney.

« Il n’y a jamais eu de plus grande trahison par un président des États-Unis de sa fonction et de son serment à la Constitution », a-t-elle écrit dans une déclaration qui a été fréquemment citée par les démocrates lors du débat sur la destitution.

On dit déjà que certains républicains au Sénat sont prêts à voter pour condamner le président.

Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, espère que le processus de destitution permettra aux républicains de rompre définitivement avec l’héritage du président Trump.

Le New York Times a rapporté mardi soir que le chef de la majorité, Mitch McConnell, était « heureux » que Trump soit sur le point d’être destitué et espérait que le processus permettrait au parti de rompre définitivement avec le président.

Depuis, il a déclaré qu’il réserverait son jugement jusqu’à la fin du procès – mais de tels rapports provenant du bureau du sénateur, qui est habituellement très fermé, ne se matérialisent pas de nulle part. Des lignes de bataille au sein du parti, même provisoires, sont en train d’être tracées.

La scission de la Chambre des Représentants, mercredi, donne aux Républicains la possibilité de faire un choix dans les jours à venir. D’un côté, il y a l’allégeance continue au style de politique du président – celui qui a créé une nouvelle coalition d’électeurs qui a obtenu la Maison Blanche et le Congrès en 2016, mais qui a perdu les deux en 2020.

D’autre part, l’avenir est incertain, mais à l’abri de la chaleur et de la rhétorique du président.

Les démocrates ont destitué Trump – et le Trumpisme

Une destitution de Trump and du Trumpisme ?

Dans les heures qui ont suivi l’émeute de la semaine dernière, les démocrates se sont interrogés sur la meilleure façon de répondre au président – et de le punir – pour avoir été l’instigateur d’une attaque qui, selon eux, a non seulement menacé la démocratie américaine, mais a également mis leur vie en danger.

En fin de compte, ils ont décidé de faire de Trump un président doublement mis en cause, bien qu’il soit arrivé dans la dernière semaine de sa présidence, ce qui a été leur décision la plus efficace.

Mercredi, les démocrates ne se sont pas contentés de destituer Donald J. Trump. Ils ont inculpé l’ensemble du trumpisme. L’article de mise en accusation faisait spécifiquement référence aux mois que Trump a passé à attaquer et à saper les élections générales de novembre.

Et lors des débats à la Chambre des représentants, ils ont attaqué le comportement de Trump au cours de sa présidence et se sont attaqués aux républicains du Congrès qui se sont fait l’écho de la rhétorique du président.

Il y a peut-être des républicains qui veulent passer outre Trump et le Trumpisme, mais il est clair qu’au moins certains démocrates du Congrès vont essayer de lier le président – et l’émeute de la semaine dernière – au cou de tout le parti républicain.

Le président Trump est à terre – mais pas encore forfait

Le président Trump a survécu à des scandales et des controverses qui auraient fait tomber la plupart des autres hommes politiques

Imaginez, un instant, un autre cours de l’histoire au cours des derniers mois.

Donald Trump, au lieu de contester avec véhémence sa défaite électorale, a tranquillement concédé en novembre. Les républicains auraient probablement remporté au moins un des deuxièmes tours des élections en Géorgie et contrôleraient toujours le Sénat. Trump, au lieu de faire face à une menace bien réelle de la part des républicains désireux de l’enterrer, serait un faiseur de rois pour le parti.

Une autre course à la présidence en 2024 serait une possibilité très réelle.

Au lieu de cela, Trump est dans les cordes. Il a été réduit au silence par les médias sociaux, y compris son compte Twitter bien-aimé. Même si une condamnation au Sénat ne lui interdit pas de se présenter aux élections, son pouvoir et son influence au sein du parti républicain ont été réduits à néant.

Les sondages d’opinion publique, ainsi que ses défenseurs bruyants à la Chambre des représentants mercredi, suggèrent que le président bénéficie toujours d’un important soutien au sein de son parti. Mais les dernières semaines vont enhardir ses adversaires, qui sentent l’opportunité de donner un coup durable au président alors qu’il est à terre.

Il est plus en danger que jamais.

Depuis cinq ans, M. Trump prouve que les critiques et les pronostiqueurs qui ont écrit son épitaphe politique se trompent. Il a survécu à des scandales et à des controverses qui auraient fait tomber la plupart des autres politiciens.

Cette fois, enfin, pourrait être différente.

Un procès au Sénat est embarrassant pour Biden

Les 100 premiers jours sont cruciaux pour tout nouveau président – Biden devra faire face à la pandémie, à une économie en chute libre et peut-être au procès de destitution de son prédécesseur

Lors de sa prestation de serment, le président élu Biden devra faire face à une pandémie qui tue plus de 4 000 Américains par jour et à une économie qui se détériore à nouveau.

Il devra maintenant le faire pendant qu’un Sénat se débattra avec le procès en destitution de son prédécesseur.

Les républicains ont averti mercredi que la destitution ne ferait qu’attiser et diviser davantage les Américains à un moment où la nation a besoin de guérir.

Cela rendrait, disent-ils, la promesse de Biden d’unifier la nation encore plus difficile.

Cela pourrait bien finir par être le cas, bien que les démocrates se soient empressés de contrer ce discours de guérison qui sonne creux après que les républicains aient mené une longue campagne pour saper la légitimité de l’élection de Biden.

Le procès pour destitution présente toutefois de véritables défis pratiques pour M. Biden au début de sa présidence.

Un Sénat préoccupé par le processus de jugement de Trump est un Sénat qui ne pourra pas se concentrer sur la mise en œuvre de l’ambitieux programme de Biden pour les 100 premiers jours.

C’est aussi un Sénat qui ne pourra peut-être pas confirmer rapidement les personnes nommées par l’administration Biden, ce qui limitera sa capacité à gérer avec succès l’appareil tentaculaire du gouvernement fédéral.

Biden a demandé si le Sénat pourrait mener un procès à temps partiel de Trump, travaillant sur les confirmations et la législation lorsqu’il ne siège pas en tant que jury pour l’ex-président.

Il n’y a cependant aucune garantie que les républicains ou les parlementaires non-partisans du Sénat accepteront ce plan.

Les 100 premiers jours sont une période charnière pour tout nouveau président – un moment où son influence politique est à son maximum. Ce combat particulier va drainer au moins une partie du pouvoir de Biden.

Par BBC NEWS

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE !