La Russie implante sa première base militaire en Afrique

La Russie implante sa première base militaire en Afrique

La Russie étend résolument son influence en Afrique. Le 16 novembre, le président russe Vladimir Poutine a signé un ordre pour que le pays construise une base navale sur la côte soudanaise de la mer Rouge, sa première en Afrique depuis la fin de la guerre froide. Selon les instructions de M. Poutine, la marine russe doit construire une base pour 300 personnes et un espace d’amarrage pour un maximum de quatre navires de guerre, y compris des navires à propulsion nucléaire (Pravo.gov.ru, 16 novembre ; voir EDM, 19 novembre). Le Soudan a loué à la Russie un terrain pour le « centre logistique » naval pour 25 ans, avec une option pour des extensions de dix ans. L’amiral à la retraite Viktor Kravchenko, ancien chef d’état-major de la flotte militaire maritime russe (Voyenno-Мorskoi Flot-VMF), estime que la construction de l’installation prendra trois à quatre mois (Interfax, 17 novembre). Le complexe sera situé près de la base principale de la marine soudanaise à Flamingo Bay et juste au nord de Port Soudan, le principal port côtier du pays sur la mer Rouge.

L’accord de base s’appuie sur des initiatives diplomatiques russes antérieures avec le Soudan. En novembre 2017, le président soudanais de l’époque, Omar al-Bashir, a discuté de la possibilité de créer une base militaire russe dans son pays lors de réunions à Sotchi avec Poutine et le ministre de la défense Sergei Shoigu (Izvestia, 25 novembre 2017 ; voir EDM, 29 novembre 2017 et 6 décembre 2017). Malgré un coup d’État en 2019 qui a écarté M. al-Bashir du pouvoir, les discussions se sont poursuivies avec son successeur, le général de corps d’armée Abdel Fattah Abdelrahman al-Burhan. Deux ans plus tard, le 9 janvier 2019, le Premier ministre russe de l’époque, Dmitri Medvedev, a approuvé un projet d’accord avec le Soudan sur une procédure simplifiée pour l’entrée des navires de guerre dans les ports des deux pays ainsi que sur une coopération militaire bilatérale plus large (RIA Novosti, 9 janvier 2019). Selon les termes de l’accord, le mois dernier (octobre 2020), la Russie a transféré un bateau d’entraînement UK-307 de la VMF au Soudan (Vedomosti, 11 novembre).

Il est important de noter les dimensions relativement modestes de la nouvelle installation navale prévue, du moins dans un premier temps. Selon l’expert militaire russe et spécialiste du Moyen-Orient Iuri Liamin, « mettons les choses au clair une nouvelle fois : Ce n’est pas vraiment une base navale [à part entière] mais un centre de soutien logistique. Cela concerne les effectifs, les infrastructures et les équipements » (Moskovsky Komsomolets, 12 novembre).

L’importance stratégique de l’installation dépasse toutefois sa taille, car un avant-poste naval au Soudan étendrait l’influence maritime russe en Afrique du nord-est, le long des routes maritimes vitales de la mer Rouge et du détroit de Bab el-Mandeb. Les navires de guerre russes qui y seront déployés pourraient avoir pour mission provisoire de participer à des patrouilles anti-piraterie au large de la Somalie, où la force navale de l’Union européenne Atalanta (EU NAVFOR) opère depuis décembre 2008. Comme le Conseil européen n’a prolongé la mission Atalanta que jusqu’à la fin décembre, les navires de guerre russes basés au Soudan pourraient aider à combler le vide imminent en matière de pouvoir dans ce pays (Eunavfor.eu, consulté le 25 novembre).

En outre, l’installation navale russe de Tartus en Syrie, qu’elle développe depuis son intervention dans le conflit syrien, a modifié l’équation stratégique de la Méditerranée orientale en contournant le contrôle du détroit de Turquie par l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). La nouvelle base au Soudan augmentera encore la proximité de la Russie avec le canal de Suez, par lequel passe environ 10 % de tout le trafic maritime mondial, en fournissant un nouveau bastion naval au sud de ce point d’étranglement.

En outre, le port soudanais offrira une possibilité d’arrêt et de ravitaillement plus pratique pour les navires de guerre de surface VMF russes qui transitent de l’océan Indien ou du golfe d’Aden vers la Méditerranée, ne les obligeant plus à remonter d’abord la mer Rouge, par le canal de Suez très fréquenté, puis à traverser la Méditerranée orientale. Et si la base au Soudan s’avère réellement capable de soutenir des navires à propulsion nucléaire, elle pourrait devenir un nouveau site opérationnel important pour les sous-marins nucléaires russes. Cela permettrait à Moscou de projeter une force vers l’est, dans la mer d’Oman et l’océan Indien, actuellement plus facilement accessible par bateau depuis les bases russes éloignées du Pacifique. Un deuxième avantage des projections navales russes en mer d’Oman est, bien sûr, de « battre le pavillon » et de soutenir l’un de ses plus importants partenaires régionaux, l’Iran, qui fait l’objet de sanctions.

Le gouvernement russe place ses efforts au Soudan dans le contexte plus large de la restauration de l’influence au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), perdue après la désintégration de l’Union soviétique en 1991. En octobre 2019, le gouvernement russe a organisé à Sotchi son premier sommet Russie-Afrique, auquel ont participé plus de 54 chefs d’État africains. L’un des points prioritaires de l’ordre du jour était l’approfondissement des contacts militaires : Poutine a déclaré aux participants : « Aujourd’hui, des militaires de 20 pays africains étudient dans les établissements d’enseignement supérieur du ministère russe de la défense. Notre coopération militaire et technique militaire [MTC] vise à renforcer les capacités de combat des forces armées africaines. La Russie a conclu des accords de coopération technique militaire avec plus de 30 pays, que nous fournissons avec un large éventail d’armements et d’équipements » (Kremlin.ru, 24 octobre 2019). S’appuyant sur les initiatives de ce sommet, en février 2020, l’ambassadeur russe à Khartoum, Vladimir Zheltov, a discuté de l’intérêt du Soudan à établir une coopération militaro-technique bilatérale tout en expliquant que le développement du MTC par la Russie avec les États africains représente « une manifestation organique et logique de la volonté de notre pays de revenir sur ce continent, compte tenu du retard considérable créé pendant la période soviétique » (RIA Novosti, 9 février).

L’initiative de Moscou au Soudan doit donc être comprise comme faisant partie d’un programme plus large du gouvernement russe visant à réaffirmer son autorité dans la région MENA en tant que contrepoids à l’OTAN et aux États-Unis. Les efforts navals de la Russie ne font qu’empiéter sur une arène maritime encombrée – les voisins de Djibouti, les États-Unis, le Japon, la Chine, la France et l’Italie ont tous déjà une présence militaire dans ces eaux. Il reste à voir si les efforts de Poutine pourront finalement rétablir les niveaux d’influence régionale soviétique. Mais il y a peut-être juste assez d’États du Moyen-Orient, de l’Iran au Yémen, insatisfaits des politiques américaines et européennes actuelles pour que les initiatives russes soient entendues avec sympathie.

Jamestown.org

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE !