Gaza: après les bombardements, les familles dans les écoles de l’agence de l’ONU pour les réfugiés

Gaza: après les bombardements, les familles dans les écoles de l’agence de l’ONU pour les réfugiés

Selon les estimations provisoires de l’UNRWA, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, au moins 1 000 habitations ont été détruites par les bombardements israéliens à Gaza. La plupart des familles qui ont perdu leurs maisons sont accueillies par des proches, mais les plus démunies vivent désormais dans les écoles de l’UNRWA.  

En près de dix ans, c’est la troisième fois qu’Abu Saad perd sa maison, détruite par une frappe israélienne.

« Je brûle de l’intérieur, parce que je suis impuissant, nous confie-t-il. Je ne peux rien faire face à toute cette injustice. Au milieu de la nuit, j’avais mes enfants autour de moi qui criaient, terrifiés par les bombardements. Et puis, le toit s’est écroulé sur nous. Sous les décombres, j’entendais mon fils me supplier de le sortir de là, mais je n’ai rien pu faire. »

La jambe dans le plâtre, le petit a finalement été secouru. Désormais, la famille vit dans une classe d’école de l’UNRWA.

« On aimerait tellement avoir une maison, et y vivre heureux »

« Je n’en peux plus de cette misère, poursuit Abu Saad. Habiter dans une école, ce n’est pas une solution. On aimerait tellement avoir une maison, et y vivre heureux. Au lieu de cela, on se retrouve ici, à faire la queue pour aller aux toilettes ou pour prendre une douche. Mais malheureusement, nous n’avons nulle part où aller. On passe notre vie à subir les conflits et les guerres. »

Vingt-huit familles vivent désormais dans cette seule école. Plusieurs autres dizaines sont accueillies dans un autre établissement scolaire de l’UNRWA.

RFI

Commenter